Les kystes radiculo-dentaires en questions

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire n°4 - 15 septembre 2022 (page 14-20)
Information dentaire
Le maxillaire et la mandibule peuvent être le siège de proliférations tumorales. Ces dernières peuvent être d’origine dentaire ou non, bénignes ou malignes. Parmi ces tumeurs, on retrouve les kystes, et tout particulièrement le kyste radiculo-dentaire (d’origine inflammatoire) qui, par sa fréquence d’apparition, mérite d’être étudié. Le pré-diagnostic repose sur la confrontation des données cliniques et radiologiques. Une prise en charge thérapeutique chirurgicale et sa conclusion anatomopathologique de l’ensemble de la pièce opératoire permettent de confirmer le diagnostic. Une surveillance clinique et radiologique est ensuite de mise dans la prévention d’éventuelles récidives.

Qu’est-ce qu’un kyste radiculo-dentaire ?

Le kyste radiculo-dentaire (fig. 1 et 2), également retrouvé sous le terme de kyste apico-dentaire, ou radiculaire, est le plus fréquent des kystes des maxillaires [1]. Il s’intègre dans la grande famille des tumeurs bénignes osseuses odontogéniques et maxillo-faciales (classification internationale de l’OMS, 2017). Il se développe aux dépens d’un granulome péri-apical secondaire à une nécrose dentaire. Le mécanisme physiopathologique à l’origine de la formation kystique est la prolifération de débris épithéliaux (débris de Malassez) présents dans le desmodonte sous l’action de stimuli inflammatoires. Un kyste est constitué d’une membrane épithéliale et d’une cavité plus ou moins liquidienne, voire solide dans certains cas. On y retrouve des cristaux de cholestérol, des calcifications dystrophiques d’exsudat inflammatoire, des macrophages, des plasmocytes, des cellules ciliées, muqueuses, géantes multinuclées et, dans certains cas, des globules rouges.

Quelle est la différence entre un granulome et un kyste ?

On distingue classiquement le granulome (- 1 cm) du kyste (+ 1 cm). Ce dernier possède des parois propres et des contours réguliers bien délimités. Le développement kystique s’accompagne volontiers d’un refoulement des structures avoisinantes, les corticales osseuses apparaissent soufflées, dans certains cas, amincies, pouvant venir empiéter sur des éléments anatomiques de la sphère maxillo-mandibulaire (sinus, canal mandibulaire, fosses nasales, foramen mentonnier…) (fig. 3).

L’exérèse d’un kyste nécessite-t-elle toujours l’avulsion de la dent causale ?

Dans la majorité des cas, l’énucléation kystique s’accompagne de l’extraction de la dent causale. Toutefois, en présence de dent conservable sur le plan prothétique, une chirurgie endodontique (obturation a retro

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Endodontie

Article réservé à nos abonnés Pulpite irréversible, du diagnostic au traitement

Responsable scientifique : Maud Guivarc’h Intervenants : Thomas Chiarini, Martin Stalla La pulpe est un tissu conjonctif complexe richement cellularisé et...
Endodontie Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Restaurer ou réhabiliter la dent postérieure dépulpée

Responsable scientifique : Antoine Oudin Conférencier : Hugues de Belenet Le traitement de la dent postérieure dépulpée peut, comme toute problématique...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Gestion de la pulpite irréversible sur dent permanente mature

L’amélioration de la compréhension des mécanismes inflammatoires a remis en question la notion binaire de réversibilité/irréversibilité, car il persiste du...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Optimisation de la désinfection endodontique en une seule séance

La réduction de la charge bactérienne à des niveaux compatibles avec la cicatrisation des tissus péri-radiculaires est l’objectif principal du...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Différentes alternatives thérapeutiques de prise en charge de la dens in dente au travers de trois cas cliniques

La dens in dente ou dens invaginatus constitue une anomalie de développement caractérisée par l’invagination partielle de l’émail dans la...
Endodontie Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Améliorer l’asepsie en endodontie

Alors que l’endodontie a bénéficié d’innombrables avancées technologiques à chacune des étapes du traitement, le pronostic endodontique n’est pas meilleur...