Les lésions cervicales non carieuses – Partie 3

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°1 - 15 mars 2018 (page 68-77)
Information dentaire
La restauration adhésive est la dernière option thérapeutique pour la lésion cervicale non carieuse (LCNC). Compte tenu de ses excellentes propriétés esthétiques et de ses performances cliniques satisfaisantes, le composite est généralement indiqué pour les LCNC. La performance clinique de ces restaurations dépend grandement du matériau utilisé, notamment en ce qui concerne le système adhésif. Les systèmes MR3 (mordançage-rinçage en trois temps) et le monomère MDP (10-Méthacryloyloxydécyl dihydrogène phosphate) comprenant deux adhésifs auto-mordançants en deux temps garantissent le meilleur collage sur la dentine en termes d’efficacité, tant in vitro qu’in vivo. Avec un système auto-mordançant, une adhésion optimale sera obtenue sur le bord incisif de l’émail après une étape préalable de mordançage sélectif de l’émail à l’aide d’acide phosphorique à 35 %. Le type de matériau composite semble n’avoir aucun impact significatif sur la performance clinique des restaurations des LCNC dans les essais cliniques. Le rôle de l’opérateur, chargé d’exécuter correctement la procédure clinique, compte davantage.
Le déroulement de la procédure comprend : une isolation du champ opératoire, un fraisage de la surface dentinaire, un biseau sur l'émail, une application du système adhésif selon les instructions du fabricant et une application rigoureuse du composite à l’aide de la technique incrémentale. Les finitions et le polissage doivent aboutir à des marges invisibles et indétectables ainsi qu’à une surface uniformément satinée. Dans le temps, une dégradation marginale est fréquemment observée. Une visite de contrôle annuelle comprenant éventuellement un nouveau polissage des marges de restauration permettra d’allonger leur durée de vie. Enfin, il sera nécessaire de sensibiliser le patient lors de ces visites de contrôle.

Restauration adhésive

Le traitement restaurateur des lésions cervicales non carieuses (LCNC) doit être envisagé lorsqu’au moins l’une de ces conditions est observée :
– présence de lésions carieuses cavitaires actives associées aux LCNC ;
– les marges des lésions cervicales ou toutes les marges des lésions sont situées sous la gencive, nuisant au contrôle de la plaque dentaire et augmentant ainsi le risque carieux et le risque de maladie parodontale ;
– il existe une perte importante de la structure dentaire, compromettant l’intégrité de la dent, ou une atteinte à proximité de la pulpe ou encore une pulpe exposée ;
– une hypersensibilité dentinaire persistante est observée, qu’aucune option thérapeutique non invasive n’a pu soulager ;
– la dent sert de pilier pour une prothèse amovible ;
– il existe une demande esthétique de la part du patient [24, 29].
 
Dans les cas où la restauration est nécessaire, la procédure de restauration des LCNC doit être la moins invasive possible. Parmi toutes les techniques disponibles, l’association d’un système adhésif et d’une résine composite reste la procédure de choix pour les praticiens qui apprécient les qualités esthétiques et la bonne performance clinique d’une telle procédure (fig. 1). Bien que l’utilisation des ciments verres ionomères et des ciments verres ionomères modifiés par adjonction de résine (CVIMAR) ainsi que le recours à la technique de stratification de résine composite aient été préconisés dans le cadre des restaurations de LCNC, ces matériaux sont moins souvent utilisés [14, 16].



 
Les restaurations adhésives des LCNC se comportent très bien à long terme [16] (fig. 2). Plusieurs paramètres déterminent le comportement clinique de ces restaurations. Selon une revue systématique visant à évaluer l’efficacité clinique des systèmes adhésifs actuels dans le traitement des LCNC, le choix du système adhésif…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Le protocole e_LAB : les étapes clés

Le relevé de la couleur en dentisterie esthétique peut être considéré comme un challenge que ce soit pour le dentiste...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés La prothèse fixée transitoire en technique additive

Réalisée à la suite d’une démarche analytique, la prothèse transitoire est souvent considérée comme une restauration définitive confectionnée à l’aide...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation occlusale par CFAO à l’aide de composites usinables

La conception et fabrication assistée par ordinateur (CFAO) a été longtemps considérée comme un outil. C’était à nous d’adapter cet...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation esthétique d’un adolescent polycarié : discussion autour des méthodes et matériaux utilisés

Les résines composites sont aujourd’hui largement utilisées en restauration dentaire par technique directe. Les propriétés mécaniques de ces matériaux, ainsi...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’endocouronne : état des données actuelles

La restauration des dents traitées endodontiquement et ayant subi une perte de substance importante demeure un défi à relever. Ce...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’obturation canalaire avec une nouvelle famille de biomatériaux… en toute simplicité (partie 2)

STÉPHANE SIMON Professeur des Universités (Paris Santé), exercice libéral limité à l’endodontie. Grand leader d’opinion et d’enseignement en endondontie, Stéphane...