Les papiers marqueurs de l’occlusion (Partie 1)

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°27 - 8 juillet 2020 (page 37-40)

1. Plusieurs marques commercialisent des papiers marqueurs de l’occlusion.

Information dentaire

Le thème de cet article consacré à l’occlusion, traité en deux parties, concerne les papiers marqueurs de l’occlusion. L’objectif est de faire le point sur les différents papiers disponibles sur le marché et la façon d’optimiser leur utilisation en pratique quotidienne.

Généralement regroupés sous le terme de papiers à articuler, de nombreux distributeurs produisent des papiers marqueurs d’occlusion de différentes épaisseurs, formes, tailles ou couleurs. Nous allons nous appuyer ici sur ceux d’un industriel. Mais à notre connaissance, les principes d’utilisation que nous détaillons sont applicables à toutes les marques (fig. 1).

 

Quels sont les différents papiers disponibles ?

Les papiers les plus épais (200 µm et 100 µm) sont constitués de pigments colorés micronisés dans une émulsion cire-huile enduit d’un agent de liaison appelé Transculase®. Cet agent adhésif améliore le marquage sur les surfaces polies comme l’or ou la céramique [1]. Ces papiers permettraient une nuance progressive colorée de la pression masticatoire.

Cependant, lors de l’analyse de l’occlusion statique, cette épaisseur de papier pourrait être à l’origine d’un léger décalage de l’Occlusion d’Intercuspidie Maximale (OIM), induisant un mauvais marquage des contacts [2, 3]. En effet, l’épaisseur minimale détectable entre deux dents varie entre 8 et 60 µm en occlusion statique. Ce seuil augmente durant la mastication pour atteindre 100 à 200 µm [4, 5]. Ainsi, ces épaisseurs supérieures à 100 µm pourraient créer, par un jeu très complexe impliquant les mécanorécepteurs, un glissement sur le papier d’occlusion [6]. Ce type de papier semble donc de faible précision et peu utilisable seul pour un contrôle fin de l’OIM.

Les soies d’articulation avec nuances de couleur de 80 µm ont les mêmes propriétés que les papiers de 100 et 200 µm. La soie naturelle se compose de fibrilles, une structure protéique tubulaire ayant une capacité très élevée d’accumulation de couleur. Elle contient également l’agent adhésif Transculase® pour un meilleur marquage sur les surfaces en or et en céramique. Le marquage de la soie est extrêmement précis. Elle est disponible en différentes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Équilibration occlusale raisonnée de la prothèse sur implant

Dans notre pratique quotidienne, il est habituel de remarquer des prothèses sur implant(s), unitaires (fig. 1) ou de petite étendue (fig. 2),...
CFAO Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Nouveaux formats pédagogiques en occlusodontologie grâce à l’outil Modjaw®

Avec les récents progrès technologiques, les méthodes pédagogiques tendent à évoluer pour répondre aux demandes des étudiants et de la...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion de la DVO et restaurations implantaires de grande étendue : démarche thérapeutique

Le traitement de l’édenté total constitue, de nos jours, un enjeu majeur de notre profession. Avec le vieillissement de la...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Transfert des données occlusales au laboratoire

Avec la multiplication des restaurations esthétiques antérieures, et notamment les restaurations globales bimaxillaires des pertes de substance dentaire dues à...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion occlusale des restaurations postérieures collées dans le cadre des traitements de l’usure

La restauration des secteurs postérieurs de la cavité buccale par des pièces indirectes de type overlays est une alternative moderne...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Modifier la DVO : pourquoi, quand, comment ?

La dimension verticale d’occlusion (DVO) est la hauteur de l’étage inférieur de la face mesurée entre deux repères (par exemple...