Les secrets de l’isolation

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°1 - 15 mars 2017 (page 58-61)
Information dentaire
Une isolation efficace est le fruit d’une stratégie adaptée à la situation clinique et non la mise en œuvre d’une série de trucs et astuces.

Partie 3 - Les perforations, la stratégie de mise en place

Les perforations

Le diamètre et la situation des perforations constituent des éléments clés de l’étanchéité du champ opératoire.

Le diamètre des perforations n’est pas standardisé, il dépend de chaque type de pince à emporte-pièce (punch) et sera individualisé en fonction de chaque indication clinique. Ainsi, par nature, la dent porteuse du crampon d’ancrage mérite la perforation la plus large. Le diamètre de celle-ci doit permettre d’étirer suffisamment les berges afin d’englober, selon la technique utilisée, l’anneau ou les ailettes latérales du crampon. Pour toutes les autres dents à isoler, il convient toujours de privilégier la perforation la plus étroite possible. Cela offre un meilleur sertissage du collet de la dent et augmente l’espace entre deux perforations contiguës, pour une couverture plus complète de la papille interdentaire.

La situation générale des perforations peut, par défaut, s’appuyer sur celle donnée par le gabarit fourni par le fabricant (chablon). Cependant, il convient d’adapter systématiquement cette situation standard à la forme de l’arcade et à la position réelle des racines des dents à isoler. Afin que la feuille de digue soit la plus stable possible et assure au mieux son rôle de rétraction des tissus mous périphériques (langues, lèvres, joues), en recouvrant dans tous les cas la bouche ouverte du patient, une recommandation de base est que les perforations ne soient jamais situées, pour l’arcade concernée, au-delà de la ligne horizontale virtuelle médiane. Classiquement, en regardant la feuille de digue de face, les perforations destinées aux dents des cadrans I et IV sont situées à gauche de la ligne sagittale médiane et les dents des cadrans II et III, du côté droit. Mais il peut parfois se révéler judicieux de recentrer les perforations dans le sens horizontal ou vertical selon le quadrant à isoler (fig. 1).

Ensuite…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Matériaux à empreinte élastiques : les silicones par addition

Appelés également vinylpolysiloxanes (VPS), les silicones par addition sont les matériaux les plus utilisés dans l’élaboration d’empreinte élastique pour prothèse...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés What is ABRZ?

Definition of ABRZ The Acid Base Resistant Zone (ABRZ)1 is firstly reported [1] in 2004 as a part of the microstructure observed...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Understanding caries as a non-communicable disease current concepts of etiology and pathogenesis

Professeur à la Faculté de Sciences médicales de l’Université de Talca au Chili, Rodriguo Giacaman est un expert international en...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Overlay en composite réalisé par impression 3D : un des premiers cas cliniques et premières réflexions

La fabrication additive, plus couramment appelée impression 3D, est abordée depuis maintenant plusieurs années dans le domaine de la médecine...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Phénomènes d’usures par frottement au sein des dispositifs médicaux… En toute simplicité

Pascale Corne a réalisé une thèse d’université sur les mécanismes d’usures au sein des connexions implantaires co-dirigée par Jean Geringer,...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Usure abrasive à trois corps ou « Abrasion »

L’usure est la détérioration que produit l’usage. Au niveau des tissus dentaires, c’est une manifestation physiologique, cumulative et irréversible qui...