Les secrets de l’isolation

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°1 - 31 mars 2016 (page 58-60)
Information dentaire
L’isolation doit permettre d’éviter toute contamination du champ opératoire par l’humidité, la salive, le sang et les bactéries. Dans cet esprit, nous avons la faiblesse de croire que cette chronique semestrielle, conçue comme un apprentissage « from scratch », sera à même de lever toutes les résistances à l’utilisation de la digue qui est sans contexte le meilleur moyen d’isolation.

Partie 1 - Les feuilles de digue, les pinces à trous, le cadre, les crampons, la pince à crampons

Les feuilles de digue
Elles peuvent être avec ou sans latex. Actuellement, les feuilles à base de latex, de préférence épaisses, offrent les meilleures propriétés d’élasticité et procurent une plus forte rétraction des tissus périphériques. L’unique indication des feuilles de digue fines est l’isolation de la seule dent à traiter (une pratique courante en endodontie). Notre préférence est de pratiquer une isolation par quadrant, une dent postérieure et deux dents antérieures à la(aux) dent(s) à traiter. L’étanchéité sera plus facile à obtenir au niveau de la dent traitée et le champ de travail sera plus dégagé du fait de la rétraction plus importante des tissus mous périphériques (lèvres, joues, langue).
Par ailleurs, le choix de la couleur de la digue ne constitue pas un détail, car son impact sur la luminosité apportée sur le site opératoire est considérable. Nous préférons à cet égard les feuilles de couleur bleu ciel.
Les tailles de feuilles disponibles sont de 5’x5’ ou 6’x6’ (en pouces). Le choix est lié à la taille de la bouche du patient et aux préférences personnelles du praticien.

Les pinces à trous
L’objectif est d’obtenir une coupe franche, dessinant un trou parfaitement rond et sans ébarbure. Un pointeau acéré, une gorge de réception parfaitement ronde, une action de perçage franche combinée à une traction de la feuille de digue dans le sens opposé à celui du pointeau, doivent permettre d’obtenir un trou parfaitement rond (fig. 1).



Le type de pince (Ainsworth ou type IV) est alors accessoire et dépend des préférences de chacun.

Le cadre
Il est appliqué de préférence au-dessus de la feuille de digue (côté praticien, pas côté patient). Cela permet en particulier de disposer de l’armature du cadre pour accrocher et mettre secondairement en tension des ligatures (fig. 2a et b).


Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Le protocole e_LAB : les étapes clés

Le relevé de la couleur en dentisterie esthétique peut être considéré comme un challenge que ce soit pour le dentiste...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés La prothèse fixée transitoire en technique additive

Réalisée à la suite d’une démarche analytique, la prothèse transitoire est souvent considérée comme une restauration définitive confectionnée à l’aide...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation occlusale par CFAO à l’aide de composites usinables

La conception et fabrication assistée par ordinateur (CFAO) a été longtemps considérée comme un outil. C’était à nous d’adapter cet...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation esthétique d’un adolescent polycarié : discussion autour des méthodes et matériaux utilisés

Les résines composites sont aujourd’hui largement utilisées en restauration dentaire par technique directe. Les propriétés mécaniques de ces matériaux, ainsi...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’endocouronne : état des données actuelles

La restauration des dents traitées endodontiquement et ayant subi une perte de substance importante demeure un défi à relever. Ce...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’obturation canalaire avec une nouvelle famille de biomatériaux… en toute simplicité (partie 2)

STÉPHANE SIMON Professeur des Universités (Paris Santé), exercice libéral limité à l’endodontie. Grand leader d’opinion et d’enseignement en endondontie, Stéphane...