Les évolutions pratiques liées aux ciments biocéramiques en endodontie

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°38 - 3 novembre 2021 (page 20-27)
Information dentaire

Les ciments biocéramiques représentent une innovation technique en endodontie. Leur utilisation permet de simplifier l’obturation et ainsi de se concentrer sur la désinfection et le maintien de l’asepsie tout au long du traitement.

Voici une revue de leurs avantages et de leurs limites.

Lors du traitement endodontique, l’obturation radiculaire a pour objectif de sceller hermétiquement l’endodonte. La phase d’obturation fait suite à la mise en forme mécanique et à la désinfection chimique. L’obturation doit être tridimensionnelle et étanche, de la portion coronaire jusqu’à la portion apicale ; cet état permettant, d’une part, de priver les bactéries résiduelles de nutriments et, d’autre part, d’empêcher les bactéries et les fluides tissulaires de contaminer à nouveau les canaux [1].

Il est indispensable d’utiliser un ciment endodontique qui assure à la fois l’étanchéité du joint dent/gutta percha ainsi qu’une action lubrifiante. Diverses formes de ciments de scellement (oxyde de zinc/eugénol, résine, ciment-verre ionomère, hydroxyde de calcium) ont été utilisées avec la gutta percha au cours des dernières décennies, témoignant d’un taux de succès à long terme de plus de 85 % [2].

La dernière évolution en ce qui concerne l’obturation radiculaire est l’apparition des ciments hydrauliques à base de silicate de calcium (appelés également ciments biocéramiques) (tableau 1). Ces ciments biocéramiques, présents sur le marché depuis quelques années, présentent des avantages en termes de protocole et sont dits bioactifs. Contrairement aux ciments traditionnels, ils sont considérés comme des matériaux d’obturation et non comme de simples matériaux de scellement [3].

Néanmoins, plusieurs questions se posent quant à l’utilisation de ces ciments. Que peut-on attendre de la bioactivité d’un ciment endodontique ? Faut-il changer le protocole de désinfection ? Quelle technique d’obturation privilégier avec les ciments biocéramiques ? Peut-on réaliser le logement de tenon dans la séance ? Comment envisager la désobturation lors d’un retraitement ?

Tableau 1. Principaux ciments biocéramiques utilisables pour l’obturation canalaire.

Nom commercial

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Endodontie

Article réservé à nos abonnés Le stripping oscillant : une technique innovante

Questions Quels choix de technique s’offrent à nous pour réaliser la RIP ? Combien de place peut-on gagner par la RIP ? La...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés La gestion clinique du microbiote intracanalaire dans les pathologies endodontiques

La préparation chimio-mécanique Lors de la préparation endodontique, les instruments vident et mettent en forme les canaux. Il en résulte...
Endodontie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Les lésions endo-parodontales. Évolution des classifications et complémentarité des approches thérapeutiques

Voies de communication endo-parodontales Sur le plan embryologique, les voies de communication s’expliquent par le fait que lors du développement...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Reprise de traitements prothétiques

1 – Quelle est la pérennité des couronnes prothétiques unitaires ? 2 – Quelle technique adopter pour déposer une couronne...
Endodontie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Douleurs endodontiques et parodontales

Les douleurs dentaires résultent le plus souvent de l’infection de l’endodonte ou/et du parodonte par des bactéries, conséquence logique de...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Le rôle de l’assistant(e) dentaire en endodontie

Principes de bases et place au cabinet dentaire Le traitement endodontique a pour objectif de traiter les maladies de la...