Lésions palatines atypiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°14 - 10 avril 2024 (page 19-21)
Information dentaire

Le palais peut être le siège de nombreuses lésions, mais certaines sont plus ou moins spécifiques de cette localisation.

Parmi les lésions spécifiques, nous citerons l’abcès sous-périosté, l’ouranite tabagique, l’hyperplasie papillaire palatine sous-prothétique, le torus palatin, les tumeurs salivaires, la sialométaplasie nécrosante… On rapportera dans cet article deux lésions bien connues – l’hyperplasie pseudoépithéliomateuse et la malformation veineuse acquise – mais que l’on n’observe pas habituellement au palais.

CAS 1

Motif de la consultation

Patient de 90 ans adressé par son chirurgien-dentiste traitant pour une lésion palatine d’apparition récente.

Histoire de la maladie

  • Le patient, parfaitement lucide, ignorait l’existence de cette lésion totalement asymptomatique.

Interrogatoire

  • Il s’agissait d’un patient âgé mais possédant toutes ses facultés intellectuelles et physiquement indépendant malgré une arthrose légèrement invalidante. Il avait fumé jusqu’à l’âge de 30 ans. Il était porteur d’une valve mitrale mécanique et prenait de nombreux médicaments : aspirine 100 mg, ranolazine, torasémide, olmésartan, rosuvastatine, trazodone, prégabaline, pramipexole et vitamine B1.

Examen clinique

  • Ce patient avait une édentation partielle non compensée et son hygiène bucco-dentaire était satisfaisante. Sur le palais, à droite, on observait une plage érythémateuse, assez bien limitée, à grand axe transversal, de 0,8 x 0,4 cm, située à hauteur de la face distale de la 16. La surface de cette plage érythémateuse était recouverte presque totalement par une fine couche de kératose, légèrement grumeleuse. Dans la région palatine médiane postérieure, il existait une discrète ouranite ponctuée dont l’origine semblait indéterminée.

Examens paracliniques

  • La pièce d’exérèse, qui mesurait 0,9 x 0,6 x 0,2 cm, comportait un fragment de muqueuse malpighienne présentant un épithélium hyperplasique parakératosique, associé à un infiltrat neutrophilique, avec la présence en surface de quelques éléments mycéliens de type Candida mis en évidence par les colorations de Grocott et PAS (Periodic Acid Schiff). On observait quelques atypies dans les cellules basales avec une discrète augmentation du nombre de mitoses, parfois suprabasales, s’accompagnant d’une spongiose de l’épithélium. Dans le chorion, on notait un discret infiltrat inflammatoire lymphoplasmocytaire.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Métastases gingivales : l’examen anatomopathologique est déterminant !

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 21 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion de la gencive mandibulaire...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés À propos de douleurs linguales atypiques

Rubrique coordonnée par Guy Princ 1. Au vu de l’anamnèse et de l’examen clinique, quel(s) diagnostic(s) vous semble(nt) le(s) plus probable(s)...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Les ulcérations peuvent être d’origine infectieuse, inflammatoire, traumatique ou tumorale

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 23 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion douloureuse sur la langue....
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Gingivite à plasmocytes : entité pathologique ou inflammation gingivale réactionnelle non spécifique ?

Anamnèse/Histoire de la maladie Une patiente de 34 ans est adressée en consultation parodontale en février 2023 dans l’Unité de...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Carcinome épidermoïde buccal : dogme des limites de l’exérèse

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 75 ans adressé par son dentiste traitant pour une lésion suspecte du...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions de la lèvre inférieure d’allure ulcérée

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 50 ans venu consulter à la demande de son médecin interniste pour une...