L’extension préventive : une renouveauté ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°2 - 15 octobre 2021
Information dentaire
Cette nouvelle rubrique a pour objectif de créer un espace d’échange entre la revue BMC et ses lecteurs, en associant un courrier des lecteurs et une veille éditoriale. Courrier des lecteurs : Nous vous donnons la possibilité de poser des questions aux auteurs des articles de la revue BMC sous la forme d’un mail à l’auteur. Vous avez besoin d’informations complémentaires, vous avez une divergence sur un sujet traité, un concept abordé vous semble difficilement applicable en clinique ? Écrivez-nous ! Veille éditoriale : En tant que rédacteurs de cette rubrique, notre objectif est de relever dans les médias les nouvelles tendances concernant les matériaux et les techniques associées. C’est une écoute de tous les canaux médiatiques, presses écrite et audiovisuelle, internet et médias sociaux. Cette veille doit nous permettre de vous apporter un regard critique sur ces nouveautés, mais aussi de remettre en cause des vérités acquises. L’exercice nécessite d’identifier clairement les sources et de les confronter à la littérature scientifique. Ce regard critique est encore plus nécessaire aujourd’hui, du fait de la vitesse de propagation des idées par les réseaux sociaux. On est dans l’instantanéité, et des chercheurs du MIT mettent en évidence dans la revue Science que sur les réseaux sociaux, dont Twitter, les fausses informations vont plus vite et se propagent de manière plus large que les vraies [1]. En effet, elles sont plus originales, et nous sommes tous plus enclins à partager ce qui a un caractère inhabituel. Vous pouvez participer à cette veille en nous écrivant, à cette même adresse mail. Pour lancer cette rubrique, dans le contexte de cette veille éditoriale, nous nous sommes intéressés à l’extension préventive.

Aujourd’hui ressurgit sur Internet et dans la littérature dentaire non scientifique, le vieux concept d’extension préventive décrit par Black en 1891. En fait, sous un masque de perfection esthétique, l’idée louable est de pouvoir contrôler en continu la qualité des limites amélaires axiales des restaurations proximales, mais en éliminant au passage un volume conséquent de tissu sain. Les arguments avancés brandissent la possibilité de polir les limites axiales des préparations et de se placer dans les zones de brossage pour éviter les lésions secondaires, et aussi de faciliter le placement des nouvelles matrices sectorielles plus ductiles. Cette idée vieillotte est à l’opposé du concept actuel de dentisterie mini invasive très largement validé par la littérature scientifique. Ce regain d’extension préventive est-il associé à une évolution des connaissances scientifiques ? Quel est son intérêt dans le panorama actuel de la dentisterie préventive, personnalisée et centrée sur le patient ? Avons-nous d’autres solutions plus économiques en tissu sain pour gérer l’utilisation de ces nouvelles matrices sectorielles ?

Depuis quelque temps, on voit réapparaître, de manière subliminale, sur les réseaux sociaux et dans des articles de cas cliniques, la notion d’extension préventive (extension for prevention) en dentisterie restauratrice dans la réalisation des limites amélaires axiales des cavités proximales. Ces extensions latérales peuvent être conséquentes, surtout en vestibulaire, à la recherche des zones de brossage. La perte en tissu dentaire sain est importante, majorée parfois par une finition en biseau large. Certains auteurs utilisent même le terme de préparation cavitaire moderne [2] pour ces cavités délabrantes, en y associant une matrice de type Bioclear adaptée à la technique de remplissage par injection [3]. Ce concept désuet d’extension préventive interpelle, car il va à l’encontre…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Overlay en composite réalisé par impression 3D : un des premiers cas cliniques et premières réflexions

La fabrication additive, plus couramment appelée impression 3D, est abordée depuis maintenant plusieurs années dans le domaine de la médecine...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Phénomènes d’usures par frottement au sein des dispositifs médicaux… En toute simplicité

Pascale Corne a réalisé une thèse d’université sur les mécanismes d’usures au sein des connexions implantaires co-dirigée par Jean Geringer,...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Usure abrasive à trois corps ou « Abrasion »

L’usure est la détérioration que produit l’usage. Au niveau des tissus dentaires, c’est une manifestation physiologique, cumulative et irréversible qui...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’évidence du bridge collé à une ailette pour le remplacement d’une incisive… ou pas !

Le remplacement d’une dent unitaire antérieure est toujours un défi, étant donné les objectifs esthétiques et fonctionnels (phonatoire et masticatoire)...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Intérêts des exosomes dans la régénération osseuse et parodontale

La parodontite est une maladie inflammatoire associée à une dysbiose, affectant 50 % des adultes et survenant plus fréquemment chez les...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Complémentarité entre biomatériaux et procédés de fabrication : le cas du larynx artificiel

Le Pr Pierre-François Ceccaldi et Vincent Lemarteleur travaillent au sein du département de simulation en santé de l’Université de Paris....