L’obturation canalaire avec une nouvelle famille de biomatériaux… en toute simplicité (partie 1)

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°2 - 15 octobre 2020 (page 54-59)
Information dentaire
Plus qu’un problème technique, l'obturation canalaire est la dernière étape opératoire du traitement canalaire. Son objectif est de remplir un espace qui vient d’être préparé, élargi et désinfecté afin de pérenniser une situation microbiologique assainie.
Dans cette série de deux articles, nous n’aborderons pas les techniques opératoires conventionnelles, mais nous reviendrons sur les objectifs à atteindre et les différentes familles de matériaux à notre disposition pour y parvenir.
Grand leader d’opinion et d’enseignement en endondontie, Stéphane Simon est auteur de nombreuses publications et d'ouvrages scientifiques, portant notamment sur les nouveaux matériaux d’obturation endodontique. Nommé professeur des universités en 2016, l'auteur exerce à Rouen depuis 2019 une activité libérale exclusivement limitée à l’endodontie et la traumatologie et dirige l'organisme de formation Endo Académie qui dispense des formations en endodontie.

Les objectifs du traitement endodontique sont souvent restreints à des notions mécaniques. Pourtant, l’objectif principal reste de prévenir toute agression du parodonte profond par des bactéries issues de la flore buccale. En considérant le système endodontique comme un tunnel entre la cavité buccale et l’os des maxillaires, on comprend facilement que le véritable objectif médical et biologique d’un traitement endodontique est de prévenir le passage de ces micro-organismes.

Cette fermeture peut se faire à différents niveaux :

  • à un niveau très coronaire, sur la corne pulpaire dès sa première exposition (il s’agit du coiffage pulpaire) (fig. 1) ;
  • à un niveau plus cervical, qui consiste à bloquer la progression par fermeture du tunnel aux entrées canalaires (il s’agit de la pulpotomie camérale) (fig. 2) ;
  • enfin, au niveau du foramen, la sortie ultime du tunnel (il s’agit du traitement canalaire.

L’obturation canalaire est la dernière étape du traitement canalaire. Elle est réalisée après la mise en forme et la désinfection. Elle est souvent considérée comme compliquée à mettre en œuvre et est responsable des plus grandes frustrations. La raison est qu’elle est finalement la seule partie objective du traitement mené jusqu’ici en partie à l’aveugle, et que la radiographie postopératoire est la seule chose « que l’on voit ». Si l’image radiographique est décevante, l’échec ressenti est immédiatement assimilé à la technique d’obturation choisie et à sa mise en œuvre.

Pourtant, la qualité de l’obturation est directement reliée au succès des étapes précédentes répondant à la trilogie décrite par Schilder [1] sur l’intime relation qui existe entre mise en forme, désinfection et obturation. Un canal non préparé ne peut être ni désinfecté, ni obturé correctement. Nous pourrions rapprocher ce concept de celui des obturations coronaires à…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Les coups de coeur de Jean-Pierre Attal

Philippe François, Vincent Fouquet, Stéphane Le Goff, Sarah Abdel-Gawad, Vincent Le Marteleur, Pierre-François Ceccaldi, Aurélie Benoît, Christophe Rignon-Bret, Elisabeth Dursun, Laurent Tapie pour...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Usure abrasive à deux corps ou « attrition »

L’usure est la détérioration que produit l’usage. C’est une manifestation physiologique qui revêt parfois un caractère pathologique. Elle est alors susceptible...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés les basiques de la prothèse implanto-portée – Partie 3

Les problématiques : fiabilité de l’empreinte, précision d’adaptation et passivité de l’infrastructure En prothèse implanto-portée plus encore qu’en prothèse conventionnelle, la précision...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’évidence du bridge collé à une ailette pour le remplacement d’une incisive (partie 1)

Depuis l’avènement, au milieu des années 1990, des bridges collés à une ailette, des situations d’édentement antérieur avec une contre-indication...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’intérêt de la digue

La Haute Autorité en Santé (HAS) a publié un texte en 2009 sur la reconstitution des dents par inlay/onlay [1]. Il...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Gestion contemporaine des lésions carieuses profondes : le curetage sélectif

La pérennité de la dent sur l’arcade est au centre de toutes les priorités lorsqu’un traitement restaurateur est entrepris [1]....