L’os allogénique : son utilisation dans le cadre de la consultation d’implantologie au CHU de Toulouse

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°38 - 2 novembre 2022 (page 16-26)
Information dentaire

La disparition de la vascularisation desmodontale qui accompagne l’avulsion d’une dent est à l’origine d’un phénomène de résorption de la corticale osseuse vestibulaire pendant les huit semaines qui suivent le geste chirurgical. Cette résorption initiale est très souvent suivie ultérieurement par une atrophie de l’os alvéolaire ne permettant pas la mise en place optimale d’un implant. Il est donc très souvent nécessaire de reconstruire l’os dans les phases pré-implantaire ou per-implantaire.

De nombreux protocoles de reconstruction de l’os sont disponibles, faisant appel à différents substituts osseux. Parmi eux figurent :

  • la régénération osseuse guidée ;
  • la reconstruction par bloc ;
  • la reconstruction par coffrage ;
  • l’ostéotomie sagittale ;
  • la distraction osseuse.
  • Quelle que soit la technique choisie, le principe de reconstruction est toujours le même, basé sur le recrutement et l’activation ostéoblastique du site greffé à partir de cellules mésenchymateuses.

Le substitut utilisé sert de matrice pour cette colonisation et permet de définir la géométrie de la reconstruction ; ces substituts peuvent être de différentes natures :

  • l’os autogène qualifié de « gold standard », mais nécessitant le plus souvent un second site opératoire « donneur », permettant de prélever un volume en adéquation avec la topographie du défaut osseux ;
  • les xénogreffes d’origine animale ;
  • les substituts synthétiques ;
  • l’os allogénique d’origine humaine.

Classification des substituts osseux

Dans le cadre des reconstructions osseuses pré, per ou post-implantaires, par régénération osseuse guidée ou par greffes en bloc, plusieurs choix de substituts s’offrent aux chirurgiens-dentistes. L’os autogène, selon le rapport de 2013 de la Haute Autorité de Santé (HAS) [1], réunit l’ensemble des critères nécessaires : ostéoinduction, ostéoconduction, ostéogenèse, compatibilité immunitaire. La HAS indique simultanément les limites de l’os autogène, la morbidité du site donneur, la faiblesse du volume que l’on peut prélever ainsi que sa variabilité dans certaines situations cliniques.

Ces limites poussent à explorer et à utiliser d’autres biomatériaux. Les substituts osseux se sont révélés une alternative à l’os autogène en chirurgie implantaire notamment, pour pallier le déficit de volume osseux. L’intérêt principal de ces substituts est d’éviter un deuxième…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Le défi de l’implant sous-sinusien

Responsable scientifique : Julien Mourlaas Intervenants : Frédéric Chamieh, Alexandre Dagba Proposée initialement par Tatum en 1977, reprise par Boyne...
Implantologie Implantologie prothétique Prothèse

Article réservé à nos abonnés Ma première prothèse sur implant

Responsable scientifique : Anne Benhamou Intervenante : Laurine Birault La prothèse sur implants constitue une solution thérapeutique fiable, présentant des...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Traitement d’une péri-implantite et son suivi : est-ce réellement aussi simple ?

Le patient 54 ans Parodontite traitée en 2015 stabilisée, puis plusieurs épisodes d’activation sur les dernières années Prise en charge...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Couple d’insertion élevé et péri-implantite

Le lien possible entre un couple d’insertion élevé et le déclenchement ultérieur d’une péri-implantite est parfois évoqué en conférence (Choukroun...