Maintenance péri-implantaire et prothétique : nature et gestion des complications (mécaniques et biologiques)

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°2 - 11 juin 2020 (page 185-196)

2a. Inflammation des tissus péri-implantaires d’une prothèse scellée (46, 47).

Information dentaire
La maintenance se définit par l’ensemble des opérations permettant de maintenir ou de rétablir un matériel technique dans un état donné, ou de lui restituer des caractéristiques de fonctionnement spécifiées. Les prothèses dentaires sur implants ostéointégrés n’échappent pas à ce besoin, car des complications d’ordre biologique et d’ordre mécanique sont susceptibles d’apparaître à court, moyen ou long terme. Cela nécessite de mettre en place une surveillance périodique et systématique des prothèses implantaires ainsi que la réalisation, le cas échéant, des interventions de maintenance adaptées.

La remarquable efficacité des traitements implanto-prothétiques amène beaucoup des patients qui en bénéficient à considérer qu’ils pourront finir leurs jours sans s’en préoccuper le moins du monde. Malheureusement, la réalité clinique est moins simple puisqu’un nombre considérable de patients dont les implants sont toujours en place – participant ainsi aux excellents taux de succès du volet chirurgical de la discipline – sont subitement rappelés à l’ordre par l’apparition de symptômes au niveau des tissus péri-implantaires et/ou par la survenue de problèmes mécaniques sur la super structure prothétique allant du simple dévissage à la fracture complète des composants prothétiques. En analysant la nature, la prévalence et les facteurs de risque de ces complications, nous décrirons des procédures de gestion de ces complications et nous proposerons un protocole de maintenance et de suivi implantaire.

Maintenance biologique

La maintenance implantaire biologique a pour objectif la santé et la stabilité des tissus péri-implantaires osseux et muqueux.

Nature et prévalence des complications biologiques

Les complications biologiques autour des implants sont de deux types :

– la mucosite péri-implantaire, définie comme une inflammation réversible des tissus mous péri-implantaires sans atteinte osseuse (fig. 1a, b) ;

– la péri-implantite définie comme une inflammation des tissus mous péri-implantaires avec une destruction irréversible de l’os péri-implantaire (fig. 2a-b).

Les causes de ces maladies péri-implantaires sont multifactorielles et font intervenir des facteurs systémiques liés à l’hôte, à des paramètres locaux liés au site implantaire et à la technique chirurgicale, à la nature des matériaux et composants implantaires utilisés, à la présence de biofilms bactériens et à la capacité du patient et du praticien à les éliminer régulièrement [1,2].

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés 20 ans de réhabilitation complète sur implants : aspects prothétiques

Voici quelques décennies que tout a commencé, par des réhabilitations complètes sur implants, uniquement sur l’arcade mandibulaire opposée à une...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Aménagement prothétique péri-implantaire de la zone esthétique

Restauration transitoire Dans le secteur antérieur, la mise en place d’une restauration implanto-portée transitoire est indispensable pour mettre en forme...