Méfions-nous d’une gingivite rebelle au traitement parodontal !

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°3 - 15 septembre 2022 (page 30-32)
Information dentaire

Situation clinique

  • Anamnèse. Un patient âgé de 57 ans, sans antécédent médical, non fumeur, non médiqué et se disant en bonne santé générale, est adressé pour un avis parodontal par son chirurgien-dentiste traitant qui n’a pas réussi à stabiliser la gingivite dont souffre son patient malgré l’instauration d’un traitement parodontal adapté. Il se plaint d’une douleur gingivale constante, diffuse et spontanée, évoluant depuis plus de 3 mois environ selon un mode de poussées-rémissions. Depuis, son alimentation est devenue difficile, expliquant une récente perte de poids. En outre, la douleur gingivale qualifiée d’importante (EVA = 7) l’empêche de se brosser les dents correctement et provoque de manière quasi-systématique un saignement gingival inhabituel. En parallèle, le patient souligne l’existence d’un aphte palatin récidivant. En revanche, il ne mentionne aucune autre atteinte orale ou extra-orale.
  • Examen clinique. Il n’existe pas d’adénopathie. L’examen endobuccal révèle la présence d’une inflammation gingivale généralisée, en vestibulaire et en palatin, intéressant la gencive marginale et les espaces papillaires.

Sont également visibles : de nombreuses zones d’érosion (fig. 1a, flèches blanches) ; une petite bulle gingivale au niveau de la papille 21-22 en vestibulaire (fig. 1a, flèche bleu) et deux pseudomembranes secteur 17 au niveau de la muqueuse palatine et du palais mou (fig. 1b, flèches vertes). La lecture de l’orthopantomogramme révèle l’absence d’alvéolyse et de lésions dentaires.

Hypothèses diagnostiques

La présence d’une gingivite érosive chronique, ou « gingivite desquamative », généralisée et associée à des pseudomembranes et à une bulle muqueuse doit faire évoquer une maladie gingivale d’origine immunitaire non induite par la plaque dentaire. Par ordre de prévalence, trois étiologies prédominantes sont…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Un lichen peut en cacher un autre !

Cas 1 Motif de la consultation Patiente de 55 ans, qui a consulté pour une lésion blanche de la lèvre...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Des tumeurs bénignes de la muqueuse buccale

Cas 1 Motif de la consultation Patient de 60 ans, qui a consulté sur les conseils de son médecin traitant pour...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions lichénoïdes induites : syndromiques ou médicamenteuses ?

Cas 1 Motif de la consultation Patient adressé par son médecin interniste pour avis et prise en charge d’une lésion...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Carcinomes épidermoïdes sans facteurs carcinogènes ?

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 57 ans ayant consulté sur les conseils de son chirurgien-dentiste pour une ulcération...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Ne passons pas à côté d’une hémopathie maligne !

Situation clinique Anamnèse Une patiente âgée de 75 ans consulte en urgence pour un deuxième avis. Elle ressentait depuis plusieurs jours...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions palatines d’allure tumorale

CAS 1 Motif de la consultation Patient adressé par son chirurgien-dentiste pour avis et prise en charge d’une lésion palatine présente...