Mémento antibiotiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 29-30)
Information dentaire
La prescription d’antibiotique en médecine bucco-dentaire comme en chirurgie orale dépend de nombreux paramètres : la pathologie bactérienne infectieuse en cause, les objectifs thérapeutiques, prophylactiques ou curatifs, l’état de santé du patient et son niveau de risque infectieux.

4. Prescription antibiotique et patients à risque d’infection

La notion de patient à risque d’infection est essentielle à considérer avant de prescrire un antibiotique. Trois catégories de patients sont distinguées en fonction de risques infectieux (ANSM 2011) : les patients appartenant à la population générale, les patients immunodéprimés et enfin les patients à haut risque d’endocardite infectieuse. Cette distinction est essentielle à faire et à comprendre. En effet, pour une même pathologie, l’utilisation d’antibiotique sera très différente d’une population à l’autre. La prescription d’antibiotique doit être adaptée au risque du patient de développer une infection. À titre d’exemple, dans le cas très fréquent d’un traitement endodontique sur dent à pulpe nécrosée, l’antibiothérapie prophylactique ne sera pas recommandée chez les patients appartenant à la population générale, elle sera recommandée chez les patients immunodéprimés et l’acte sera contre-indiqué chez les patients présentant un haut risque d’endocardite infectieuse.

Il est donc indispensable, pour chaque patient, d’évaluer son risque infectieux en sachant que chacun présente un niveau de risque infectieux qui lui est propre.

Les patients sans facteur de risque pourraient être considérés comme des « sujets sans risque d’infection reconnu » en retenant que le risque nul n’existe pas. Ces patients sont regroupés dans le groupe « population générale ».

Par opposition, les patients présentant un risque infectieux reconnu appartiennent à la catégorie « patients à sur-risque d’infection ». Dans la mesure où une pathologie ou un acte en médecine bucco-dentaire peut générer soit une infection locale avec une potentielle extension de celle-ci (infection générale), soit une infection à distance, deux catégories de patients à sur-risque d’infection prévalent. Le risque d’infection locale et/ou générale est considéré comme lié à tout facteur responsable d’une…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Le défi du secteur antérieur : contraintes et limites

Situation initiale Un patient de 62 ans se présente en consultation afin de réaliser les coiffes prothétiques des dents 12...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Ça saigne, pas de panique !

Allo, Docteur ? Ça saigne ! Le patient qui saigne est en état de détresse (rythme cardiaque augmenté, tension artérielle augmentée du...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Le virus Epstein-Barr

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. La rubrique comportera l’identité de l’habitant...
Médecine Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Évaluation de différents scores de risque Dans la prévention des maladies péri-implantaires. Analyse d’une étude clinique de cohorte à long terme

RÉSUMÉ Contexte Cette étude a comparé la valeur pronostique à long terme de deux modèles de scores d’évaluation du risque...
Esthétique Médecine

Article réservé à nos abonnés Les hypominéralisations molaires incisives (MIH) – Partie 2 : Identifier les aspects cliniques et les diagnostiquer

Introduction Pour mieux comprendre le caractère essentiel du diagnostic précoce, il est important de détailler et comprendre les différents aspects...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Le souffle, le milieu buccal, miroirs des territoires traversés

Segments et cavités traversés (fig. 1) Le tractus trachéo-broncho-pulmonaire Le souffle est généré naturellement par les poumons en tant que...