Impact d’une application smartphone sur l’hygiène bucco-dentaire de patients adolescents traités par appareil fixe : une étude multicentrique contrôlée randomisée

  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°1 - 15 février 2021 (page 64-65)

3a-f. Photographies à T1 (a,c,e) et à T4 (b,d,f) de trois patients issus du groupe test après utilisation d’un révélateur de plaque.

Information dentaire

Marine Deleuse

> Master de spécialisation en orthodontie, 4e année

> Liège, Belgique

> Soutenance le 14 juin 2019

Récemment, la firme Oral-B a mis au point une application d’aide au brossage (Oral-B App). L’Université de Liège, en collaboration avec la Faculté d’odontologie d’Aix-Marseille, a réalisé une étude multicentrique contrôlée randomisée dont le but consiste à analyser l’impact de l’application smartphone Oral-B App sur l’hygiène bucco-dentaire des patients adolescents porteurs d’un appareil fixe multi-attaches orthodontique.

Matériels et méthodes

Cette étude est construite sous la forme d’une étude multicentrique contrôlée randomisée. Deux centres hospitalo-universitaires (Université de Liège, Belgique et Faculté d’odontologie d’Aix-Marseille, France) se sont investis dans la réalisation de cette étude sous la coordination du Pr Carole Charavet.

40 patients entre 12 et 18 ans ont participé à cette étude et ont été répartis de manière aléatoire en un groupe contrôle utilisant une brosse à dents électrique oscillo-rotative et en un groupe test utilisant une brosse à dents électrique oscillo-rotative connectée à son application d’aide au brossage (Oral-B App). Les données ont été récoltées à quatre temps distincts : T1 (baseline), T2 (6 semaines), T3 (12 semaines) et T4 (18 semaines).

Résultats

Au total, 40 patients âgés de 12 à 18 ans (13,9 ± 1,2 ans) ont été inclus dans cette étude.

Au cours du temps, une lassitude des patients envers l’utilisation de l’application est observée (fig. 1).

Globalement, entre T1 et T4, le score d’indice de plaque/patient diminue significativement dans chacun des deux groupes (groupe contrôle : p < 0,0001 ; groupe test : p = 0,0003). Cependant, il n’y a pas de différence significative entre les deux groupes.

Le groupe test présente un indice de plaque significativement plus faible que le groupe contrôle…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Biomécanique des mini-implants : analyse des effets parasites de quatre situations cliniques et propositions de résolutions

Baptiste Turrel > Interne DES3 ODF > Lyon – Soutenance le 27/06/2019 > Directrices de mémoire : Drs Vanessa Valran et Sarah Chauty Qui...
ODF

Article réservé à nos abonnés La télé-orthodontie : la télémédecine au service de l’orthodontie

Marie Lailheugue > Interne DES3 ODF > Lyon > Soutenance le 22/10/2020 La pandémie de Covid-19 a contraint les cabinets...
ODF

Article réservé à nos abonnés Dossier SFODF 2021 : Présentation des sessions

Pour ce numéro consacré au congrès, nous avons imaginé un numéro très pratique, très clinique, en quelque sorte le pendant...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’orthodontie dans le traitement des lésions érosives

Les pertes de substances d’origine érosive ont une prévalence en évolution depuis quelques années. Ces phénomènes multifactoriels sont en relation...
ODF

Article réservé à nos abonnés Le logiciel Dolphin permet-il de donner une prédiction du profil aux patients dans le cadre de traitements orthodontico-chirurgicaux ?

Marie Pavelic > DES ODF3 > Bordeaux > Soutenance le 19 octobre 2020 Dans le cadre de traitements orthodontico-­chirurgicaux, la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Relations ortho-paro : optimiser et faciliter le flux des données

Les courriers et/ ou courriels Que ce soit l’orthodontiste qui adresse le patient au parodontiste ou l’inverse, il est évidemment essentiel...