Ne passez pas à côté du prochain cancer buccal

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°8 - 22 février 2023 (page 32-35)
Information dentaire

Séance des Journées Dentaires Internationales du Québec (JDIQ)

Responsable scientifique : Emmanuelle VIGARIOS

Intervenants : Adel KAUZMAN, Michel El HAKIM

Le carcinome épidermoïde de la cavité buccale est une pathologie morbide et mortelle trop souvent diagnostiquée tardivement. L’amélioration du pronostic de ce cancer reste moindre par rapport à d’autres cancers pourtant plus difficilement décelables (cancer colo-rectal par exemple). Comment les chirurgiens-dentistes peuvent-ils prévenir ou intervenir sur ces lésions et potentiellement sauver la vie du patient ?

Éliminer les facteurs de risque

Les facteurs de risques entraînant l’apparition de lésions potentiellement malignes ou de cancers sont les mêmes : ces facteurs peuvent être intrinsèques ou extrinsèques et sont corrélés avec le facteur temps.

Les facteurs de risques intrinsèques (ou non modifiables par le praticien) sont l’âge et la catégorie socio-économique.

Les facteurs de risques extrinsèques sont ceux sur lesquels le dentiste devra agir, les plus incriminés étant l’alcool et le tabac, mais on peut également noter les rayonnements UV et certains agents viraux (VPH 16 et 18). Quelle est l’influence des ces différents facteurs de risques extrinsèques :

  • le tabac : 80 % des patients qui développent des lésions malignes sont des fumeurs (fig. 1). Il existe plus de 300 agents cancérigènes dans le tabac, sans compter les agents irritants. Le tabac sous toute ses formes est cancérigène : chicha, pipe, cigare et tabac à chiquer. Son action dépend de la dose, de la durée, de l’âge du début de consommation, de la susceptibilité personnelle, du type du tabac et de la méthode de fabrication. Lorsqu’un patient, interrogé sur sa consommation de tabac, répond qu’il a arrêté, il est important de savoir quand cet arrêt a eu lieu ;
  • l’alcool : de plus en plus d’individus consomment de l’alcool quotidiennement. Ainsi, la flore buccale…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions palatines atypiques

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 90 ans adressé par son chirurgien-dentiste traitant pour une lésion palatine d’apparition...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés À propos de douleurs linguales atypiques

Rubrique coordonnée par Guy Princ 1. Au vu de l’anamnèse et de l’examen clinique, quel(s) diagnostic(s) vous semble(nt) le(s) plus probable(s)...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Les ulcérations peuvent être d’origine infectieuse, inflammatoire, traumatique ou tumorale

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 23 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion douloureuse sur la langue....
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Gingivite à plasmocytes : entité pathologique ou inflammation gingivale réactionnelle non spécifique ?

Anamnèse/Histoire de la maladie Une patiente de 34 ans est adressée en consultation parodontale en février 2023 dans l’Unité de...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Carcinome épidermoïde buccal : dogme des limites de l’exérèse

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 75 ans adressé par son dentiste traitant pour une lésion suspecte du...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions de la lèvre inférieure d’allure ulcérée

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 50 ans venu consulter à la demande de son médecin interniste pour une...