Occlusion et bruxismes

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°1 - 5 mars 2020 (page 8-17)

1 et 2. Patiente de 60 ans avec bruxisme du sommeil installé depuis de nombreuses années. Usures attritionnelles générales avec lésions érosives associées.

Information dentaire

Le bruxisme est souvent et trop rapidement associé à des usures dentaires pouvant entraîner des modifications des relations occlusales. En réalité, restreindre le bruxisme à des perturbations occlusales est très limitatif. La compréhension des étiologies des bruxismes (bruxisme du sommeil et bruxisme de l’éveil) permet d’en envisager l’étendue. Les idées anciennes sur le bruxisme étaient limitées aux aspects dentaires ; aujourd’hui, l’ouverture nécessaire vers d’autres spécialités médicales est démontrée par de nombreuses recherches pour l’orientation vers une prise en charge globale. Cependant, associées à ce cadre général, les restaurations dentaires ont leur place pour réparer un préjudice fonctionnel et esthétique quand l’indication est posée.

Dans une revue traitant de différents aspects de l’occlusion dentaire, il semble normal d’évoquer les modifications des morphologies dentaires au cours du temps, avec leurs conséquences sur les relations maxillo-mandibulaires. Le bruxisme est trop souvent incriminé dans l’altération des structures dentaires et, histo­riquement, a donné lieu à des diagnostics trop rapides et erronés qui ont conduit à des thérapeutiques simplement mécaniques et très invasives qui, certes, rétablissaient temporairement des rapports occlusaux fonctionnels, mais ne tenaient absolument pas compte des causes.

Ces traitements, limités à la seule analyse des dommages occlusaux, ont été pour la plupart suivis d’échecs pour leurs auteurs… et pour les patients. La prise en compte des aspects multiples des bruxismes du sommeil (BS) ou de l’éveil (BE) est indispensable pour envisager les traitements occlusaux avec leurs conséquences esthétique et fonctionnelle, et doit être étayée par la compréhension des étiologies des bruxismes.

Étiologies des bruxismes

Si l’étiologie du bruxisme n’est pas formellement identifiée, il y a cependant un consensus pour lui attribuer des causes multifactorielles [1]. Pendant longtemps, on a privilégié les facteurs occlusaux [2], pensant que les interférences occlusales jouaient le rôle de zone gâchette pour provoquer les diverses formes du bruxisme. Puis Rugh [3] a montré, en créant des interférences expérimentales, que le rôle des malocclusions dentaires était secondaire dans l’étiologie du bruxisme et que les corrections occlusales ne modifiaient pas les épisodes parafonctionnels.

Plus récemment, des études ont montré les mêmes pourcentages de bruxisme en présence ou en l’absence d’interférences occlusales [4].

Les facteurs anatomiques et morphologiques ont aussi souvent été avancés comme facteurs étiologiques du bruxisme du sommeil. En réalité, on ne trouve pas de corrélation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Occlusion, neurocognition et neuroplasticité

Alors que la grande majorité des patients s’adaptent rapidement aux modifications de leur occlusion dentaire indépendamment de leur type d’occlusion,...
Occlusodontologie

Relation entre l’occlusion et les dysfonctionnements temporo-mandibulaires : changement de paradigme

Les cliniciens et les chercheurs ont longtemps considéré l’occlusion comme étant l’un des facteurs étiologiques majeurs directs et/ou indirect, responsable...
Occlusodontologie

Résultats cliniques factuels des relations entre les dysfonctionnements temporo-mandibulaires, l’occlusion dentaire et la posture corporelle

Les dysfonctionnements temporo-mandibulaires (DTM) sont des conditions à multiples facettes dans lesquelles un certain nombre de facteurs interagissent (biomécaniques, neuro­physiologiques,...
Occlusodontologie

Évolution de l’occlusion au cours du vieillissement

On assiste depuis quelques années à une augmentation de l’espérance de vie [1]. Il est donc utile pour les chirurgiens-dentistes...
Occlusodontologie

Comment l’occlusion participe à la mastication

Physiologie de la mastication normale L’ingestion commence par le choix d’un aliment et finit par le passage du sphincter œsophagien...
Occlusodontologie

Rôle de l’occlusion dans l’étiologie des maladies parodontales : revue de littérature

La parodontite est une maladie inflammatoire d’origine infectieuse multifactorielle, chronique, évolutive caractérisée par la destruction progressive des tissus parodontaux [1]....