Orthodontie et occlusodontie fonctionnelle

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 15 octobre 2021 (page 290-295)
Information dentaire
  1. Quel est le rôle de l’orthondontie dans le rétablissement d’une occlusion fonctionelle ?
  2. Peut-on associer l’ODF à d’autres techniques restauratives pour rétalbir un schéma occlusal fonctionnel ?
  3. Pourquoi est-il essentiel d’évaluer toutes les fonctions (déglutition, respiration et posture) ?

    Nous déplaçons des dents quotidiennement, développons les mâchoires, créons de beaux sourires. Mais nous interrogeons-nous suffisamment sur la finalité de tout ceci ?

    L’occlusion sert avant tout à mastiquer. Pourtant, nous n’analysons jamais la mastication de nos patients à la fin de nos traitements. Au mieux, nous leur faisons effectuer quelques excursions mandibulaires excentriques non physiologiques…

    Ces diductions et grincements ne représentent qu’une toute petite partie de l’enveloppe fonctionnelle des mouvements mandibulaires.

    De plus, ces mouvements sont totalement à l’opposé de ceux que l’on effectue lors de la mastication.

    Nous passons ainsi quotidiennement à côté de nombreux contacts et guidages (en excès ou en défaut) qui peuvent créer une instabilité, un inconfort ou même déséquilibrer l’appareil neuromusculaire malgré un traitement d’orthodontie bien conduit et fini en classe I avec une denture complète.

    Analyse fonctionnelle

    Les fonctions de l’appareil manducateur

    La déglutition

    Chez l’enfant, la déglutition a un rôle morphogénétique majeur transversal, antéro-postérieur et vertical pendant sa croissance.

    Chez l’adulte, le positionnement correct de la langue lors de la déglutition détermine une relation maxillo-mandibulaire physiologique, stable, en équilibre neuromusculaire répétitif et non guidée.

    En occlusion fonctionnelle, nous préférons utiliser cette position de déglutition qui se confond avec l’OIM que nous jugeons bien plus physiologique que la relation centrée (RC).

    La mastication

    Depuis longtemps déjà, notre profession a compris le rôle morphogénétique de la mastication au cours de la croissance [1-3]. Les forces occlusales vont modeler des zones de fortes résistances au niveau osseux (poutres zygomatiques au niveau de la première molaire maxillaire et pilier canin). Ces forces agissent comme une matrice fonctionnelle de croissance responsable de l’adaptation…

    Cet article est réservé aux abonnés.
    Pour lire la suite :

    Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
    Mot de passe
    oublié ?

    Vous pouvez également :

    Acheter l'article En version numérique
    Acheter le numéro À l'unité

    Thèmes abordés

    Sur le même sujet

    ODF

    Article réservé à nos abonnés Distalisation maxillo-mandibulaire en technique linguale dans le cas d’une classe 1

    Rubrique coordonnée par Kinz Bayet Présentation du cas Une patiente de 20 ans se présente en consultation pour réaliser un...
    ODF

    Article réservé à nos abonnés Aspects juridiques de la communication professionnelle

    L’évolution de la jurisprudence, en accord avec l’évolution des technologies, a vu modifier, par le décret n° 2020-1658 du 22 décembre...
    ODF

    Article réservé à nos abonnés La relation malade-médecin en souffrance(s) ?

    La presse se fait l’écho d’un malaise grandissant dans notre système de santé. D’un côté des malades insatisfaits, revendicatifs, qui seraient...
    ODF

    Article réservé à nos abonnés Dissonance cognitive et stress du soignant : un lien à connaître

    La pression à laquelle sont soumis les soignants est une préoccupation qui a pris de plus en plus d’ampleur ces...
    ODF

    Article réservé à nos abonnés La communication en orthodontie : du transistor aux réseaux sociaux

    Lorsqu’on interroge les Français sur les mots ou expressions qui leur viennent à l’esprit lorsqu’ils pensent à l’orthodontie, outre les...
    Occlusodontologie

    Article réservé à nos abonnés À propos de la Relation Centrée

    Le principe Nous devons reconnaître que certains patients présentent cliniquement une instabilité mandibulaire par instabilité de l’Occlusion d’Intercuspidie Maximale (OIM)...