Ostéotomies du rebord mandibulaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2017 (page 46-51)
Information dentaire

Les techniques qui préservent son unité esthétique et fonctionnelle

L’anatomie du rebord mandibulaire présente deux structures majeures qui sont le menton et l’angle mandibulaire. Les ostéotomies conventionnelles ont longtemps individualisé ces deux éléments, en les traitant séparément pour corriger les dysmorphoses les concernant [1, 2]. La tendance actuelle est de prendre en charge le rebord mandibulaire dans son ensemble, en préservant l’entité musculaire qui s’y insère, à la recherche d’un résultat esthétique et même fonctionnel plus harmonieux. Ces techniques, extrêmement prometteuses, manquent cependant encore cruellement d’exposition et d’évaluations scientifiques. Nous allons ici en présenter deux : le Chin Wing du Dr Triaca et le Mini Wing du Dr Cresseaux.

Le Chin Wing

Cette technique complexe, développée par Triaca, intéresse la totalité du rebord mandibulaire, qui peut ainsi être repositionné dans les trois sens de l’espace, de façon symétrique ou asymétrique.

Description de la technique chirurgicale

Avant l’intervention, il est nécessaire d’identifier précisément, par imagerie 3D, la position du canal mandibulaire.
Dans un premier temps, la muqueuse est incisée de la ligne oblique externe d’une branche montante à l’autre. Un lambeau mucopériosté est levé jusqu’au futur trait d’ostéotomie. Ce décollement sous périosté, limité, est essentiel, afin de préserver la vascularisation du segment osseux déplacé et prévenir ainsi une résorption ultérieure [3, 4, 5].
Une ostéotomie horizontale bicorticale du menton est réalisée puis, un centimètre avant le foramen mentonnier, l’ostéotomie devient verticale et monocorticale (trait incliné à 45°, de haut en bas), pour passer en dessous du trajet du nerf alvéolaire inférieur (fig. 1).
Dans la région antérieure, le segment d’os peut être divisé en deux parties, par exemple, dans le cas d’une correction d’asymétrie [3,4].
Des greffes autologues ou hétérologues peuvent être réalisées afin de combler…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Troubles des conduites alimentaires : incidences sur la prise en charge orthodontique

Les différents troubles du comportement alimentaire Le DSM V définit six groupes de pathologies que l’on peut définir brièvement de...
ODF

Article réservé à nos abonnés La dysmorphophobie chez l’adolescent et les conséquences en orthopédie dento-faciale

Nous n’aborderons ici que la « demande » de traitement chez l’adolescent dans sa dimension esthétique. Les indications et les bénéfices fonctionnels...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...