Perforation du plancher buccal d’origine iatrogène : conduite à tenir

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°1 - 13 janvier 2021 (page 12-18)
Information dentaire

La survenue d’un évènement indésirable iatrogène peut faire partie de la pratique quotidienne. Cet article vise après quelques rappels anatomiques à faire le point sur les techniques de prise en charge de ces situations dites « à risques » durant lesquelles le chirurgien-dentiste est, contre son gré, projeté en dehors de sa zone de confort.

Le plancher buccal est une région anatomique familière du chirurgien-dentiste, et paradoxalement redoutée. Cette ambivalence vient certainement du fait de la complexité de son anatomie, et de la présence d’éléments anatomiques riches et variés tant sur le plan nerveux, vasculaire, musculaire que glandulaire.

La survenue d’une plaie ou d’une blessure du plancher buccal au cours d’actes odontologiques n’est malheureusement pas si rare. Celles-ci peuvent survenir lors d’actes de chirurgie orale (dérapage de l’instrumentation chirurgicale : élévateur, syndesmotome, fraise à os ou fraise Zekrya, par exemple), ou bien lors de soins prothétiques (instrumentation rotative) intéressant la face linguale du couple prémolo-molaires le plus souvent. La plaie peut être plus ou moins profonde, et son caractère plus ou moins hémorragique en fonction de sa topographie. Un diagnostic et un « bilan lésionnel » doivent être réalisés immédiatement après l’évènement iatrogène, afin d’opter pour une thérapeutique d’urgence et son suivi à distance [1]. Quelle que soit l’étiologie de l’effraction, il convient au praticien de garder son calme, de répondre à son devoir d’information envers le patient, et de le rassurer sur la situation.

Rappels anatomiques [2]

Le plancher buccal, ancienne région « glosso-sus-hyoïdienne » de Blandin, comprend toutes les parties molles qui ferment en bas la cavité buccale. Il est circonscrit en avant par le corps de la mandibule, en arrière par l’os hyoïde. Il est limité par un plan musculaire formé par un muscle aplati tendu de la ligne oblique interne de la mandibule à l’os hyoïde : le muscle mylo-hyoïdien. Celui-ci divise le plancher buccal en deux étages, l’un inférieur, l’autre supérieur. La partie inférieure correspond à la région submandibulaire, la partie supérieure à la région sus-hyoïdienne ou sublinguale.

Musculature du plancher buccal

Le muscle mylo-hyoïdien

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Comment préserver l’alvéole dentaire en chirurgie parodontale ?

La cicatrisation osseuse post-extractionnelle induit inévitablement une perte osseuse verticale et horizontale qui augmente dans le temps, et plus particulièrement...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Autotransplantation une alternative thérapeutique pérenne

Situation clinique initiale Lina, 8 ans et 5 mois, nous est adressée en consultation d’orthodontie dans le service de médecine...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Chirurgie des fistules bucco-sinusiennes

Principe L’intervention doit associer trois éléments : curetage de la fistule avec ablation de l’épithélium cicatrisé ; drainage d’une sinusite...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Échec du traitement d’une sinusite chronique maxillaire

Observation Il n’a pas de plainte olfactive (absence de cacosmie) ni de signes d’hyperactivité nasale. Il n’y a aucun antécédent...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Langue framboisée chez l’enfant

La pandémie à SARS-CoV-2 (Covid-19) s’est accompagnée d’une augmentation de l’incidence des cas de syndrome de Kawasaki, relançant le débat...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Intérêt et indication de l’implantation simultanée lors de comblements sous-sinusiens par voie latérale

La méthode Dans les cas de résorption sévère des secteurs postérieurs maxillaires, une hauteur crestale résiduelle très faible ne permet...