Péri-implantite : quel traitement ?

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 28-30)
Information dentaire
La péri-implantite est une inflammation de la muqueuse péri-implantaire, associée à une perte osseuse. Elle se caractérise cliniquement par un saignement au sondage, une muqueuse péri-implantaire rouge violacé et une suppuration à la pression. Au niveau radiologique, on constate une perte osseuse circonférentielle autour de l’implant (fig. 1). Cette perte est évolutive sans action thérapeutique [1]. Bien qu’il n’y ait pas à ce jour de consensus réel sur la bonne thérapeutique et les résultats à long terme, l’approche chirurgicale paraît l’option la plus prédictible.

Questions…

Question 1 Quelle est l’étiologie des péri-implantites ?

Question 2 Quelles sont les options thérapeutiques ?

Question 3 Quels sont les résultats, quel est le pronostic ?
 

Commentaires


1. Quelle est l’étiologie des péri-implantites ?

L’étiologie est plurifactorielle et associée au terrain spécifique du patient.
La prédisposition génétique à la maladie parodontale est bien entendu à prendre en considération. Le contrôle de plaque, l’occlusion, la qualité des adaptations prothétiques, les excès de ciment, le tabac, la position des implants, les états de surface implantaire, la stabilité des tissus mous péri-implantaires, etc., sont autant de facteurs qui influenceront l’apparition plus ou moins précoce de la pathologie.
Il est difficile de hiérarchiser ces facteurs. Toutefois, le contrôle de plaque du patient et les rendez-vous réguliers de maintenance professionnelle paraissent des prérequis indispensables.
 
La stabilité des tissus mous autour des implants apparaît également comme un facteur très déterminant. L’absence de barrière kératinisée stable crée une mobilisation haute des tissus jusqu’au col implantaire. Cela a pour conséquence l’apparition de déhiscence gingivale, puis la disparition de l’os vestibulaire ou lingual.
 
La surface implantaire, ainsi exposée, fait office de porte d’entrée bactérienne. L’état de surface et sa capacité à fixer plus ou moins facilement les bactéries jouent alors un rôle primordial dans l’évolution de la pathologie.
 
Ce sujet est depuis de nombreuses années discuté et étudié dans le monde de l’implantologie. Il est évident que certaines surfaces présentent, soit par leur mode d’obtention, soit par leur niveau de rugosité, davantage de risques.
L’action préventive sur les différents facteurs étiologiques paraît de loin la meilleure attitude à adopter.
 

2. Quelles sont les options…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Association sinus lift et ROG en un seul temps opératoire : cas clinique

Situation initiale Patient de 55 ans adressé pour une augmentation de volume osseux dans le secteur maxillaire postérieur gauche. Les...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés SUI 2024, une rencontre universitaire autour de l’implantologie

Au cours d’une journée très dense, chaque intervenant représentant son Diplôme Universitaire a pris la parole pour présenter un cas...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Préservation alvéolaire : la « Socket Shield Technique »

RÉSUMÉ Les exigences grandissantes des patients nous ont conduits à modifier notre pratique. Le principe de gradient thérapeutique, bien connu...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés L’empreinte optique en implantologie

Quelles sont les empreintes nécessaires pour avoir un fichier complet ? Pour enregistrer la position d’un implant, il va falloir...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...