Photographie de face en orthodontie : critères de prise de vue et application clinique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2019 (page 40-47)
Information dentaire

Pendant très longtemps, nous n’avions un usage que très restreint de la photographie dans notre pratique. À l’époque de l’argentique, nous prenions des diapositives des visages de nos patients mais nous ne les utilisions finalement que très peu et plutôt a posteriori, comme documents d’archive ou pour présenter des cas avant/après. La donne a complètement changé avec l’arrivée de la photographie numérique, dans nos vies et aussi dans nos pratiques professionnelles.

Avec la photographie numérique et la facilité tant de prise de vue que de son traitement, l’image devient un élément à part entière du dossier médical. Elle participe au diagnostic, contribue à valider des objectifs et permet de vérifier qu’ils sont atteints. Et devient ainsi un outil potentiellement puissant. Mais cela n’est véritablement le cas que lorsque l’on réalise que, sous son apparente simplicité, se cachent certaines règles à respecter. Le matériel photographique utilisé peut en effet générer une image déformée de la réalité, au même titre que l’angle de la prise de vue.

Alors que se multiplient les propositions d’études du visage et du sourire s’appuyant sur celle des lignes remarquables de la face et un idéal esthétique calqué sur les proportions parfaites identifiées, quel crédit ou sens leur donner si les photographies sur lesquelles les praticiens fondent leur analyse présentent des visages déformés du fait d’un biais technique ?
Le but de cet article est de nous sensibiliser à l’importance des documents photographiques de face dans nos pratiques depuis l’essor de la photo numérique ainsi qu’à la nécessité de définir un protocole de prise de vue pour que les images collectées soient conformes à la réalité, et, par conséquent, véritablement pertinentes et exploitables.

Comment mieux photographier le visage de face ?

La distance et le matériel

Indépendamment du matériel, la distance au sujet…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Traitement d’une Classe II subdivision gauche avec DDM dans un contexte de mésodivergence

Présentation du cas Kenny, âgé de 12 ans, sans antécédent orthodontique, consulte pour ses malpositions dentaires. Examen exobuccal (fig. 1a-c)...
ODF

Traitement d’une Classe II division 1 subdivision droite hyperdivergente après extraction des quatre premières molaires pour raison endodontique

Présentation du cas Imen, âgée de 13 ans 3 mois, est adressée par le service de pédodontie suite aux avulsions de 16,...
ODF

Le nouveau Règlement Général sur la Protection des Données et son impact dans les cabinets orthodontiques

Que sont les « données personnelles » en matière d’orthodontie ? On appelle « donnée personnelle » toute donnée digitale ou non digitale qui peut...
ODF

Apport des contraintes masticatrices fortes dans la stabilisation de l’expansion maxillaire par disjonction : proposition d’un protocole de recherche

Introduction Les insuffisances transversales maxillaires sont une pathologie courante ; elles sont traitées par disjonction maxillaire. La correction du sens transversal...
ODF

Suivi thérapeutique des patients porteurs de fente labio-palatine non syndromique :

Introduction En France, les fentes labiales associées ou non à une fente palatine concernent environ 1 naissance sur 700. La...
ODF

Pratiques des orthodontistes en matière de contention en France

Introduction La stabilité après traitement est une préoccupation majeure en orthodontie. Le recours à un dispositif de contention se justifie...