Poser la digue : un geste barrière, une pratique sûre et confortable

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°17 - 28 avril 2021

3. Principal matériel pour la pose de la digue.

Information dentaire

Le SARS-CoV-2 a bouleversé nos vies et nos pratiques. L’isolation de la sphère oropharyngée des patients par la digue peut sans conteste rejoindre la liste des gestes barrières prescrits face à cette pandémie.

La digue : une barrière au virus

La transmission du SARS-CoV-2 d’un individu à l’autre peut se faire de manière directe ou indirecte. La transmission directe est liée à la projection de microgouttelettes de l’un vers l’autre lors de la parole, de la toux ou d’éternuements. La transmission indirecte s’effectue par inhalation de ces microgouttelettes déjà dispersées en aérosol dans l’air, ou par contact manu-porté d’une surface contaminée vers les muqueuses buccales, nasales ou oculaires. Dès l’instant où le patient ouvre la bouche, l’aérosol émanant potentiellement de ses voies oropharyngées peut se disperser dans l’air. À cela s’ajoute l’aérosol produit par les sprays d’instrumentation rotative lorsqu’ils entrent en contact avec le milieu buccal (fig. 1). Ces sprays intenses et puissants se chargent alors de pathogènes et contaminent l’air ambiant et les surfaces.

En 1969, Micik et coll montraient déjà que les aérosols créent des éclaboussures qui ont un comportement balistique et se projettent sur une distance de 0,5 à 2 mètres. Aujourd’hui, la taille, la vitesse ou encore la trajectoire des gouttelettes ont été plus finement étudiées et confirment ces dispersions dans l’air et sur les surfaces, très à distance du site opératoire. La microflore oropharyngée ainsi dispersée augmente le risque de contamination croisée, d’autant que certains pathogènes peuvent rester viables jusqu’à plusieurs jours sur les surfaces.

Les rinçages préopératoires par bain de bouche à grand volume et les solutions contenues dans les sprays contribuent à réduire la charge virale des aérosols mais ne suppriment pas complètement le risque de contamination.

Dans ce contexte, la digue, telle un masque occultant la sphère oropharyngée du patient (fig. 2), isole les muqueuses buccales d’un contact avec les sprays et les instruments. C’est un moyen simple, rapide et accessible de réduire significativement…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés La qualité microbiologique de l’eau des units dentaires

Vrai/Faux L’alimentation de l’unit dentaire par de l’eau du réseau sans mesure particulière de traitement est sans risque. Un traitement...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Désinfection à l’acide hypochloreux : le nouveau gold standard ?

Terminologie française : acide hypochloreux, acide chlorique, hydroxidochlorine, chloranol, hydroxyde de chlore, hypochlorite d’hydrogène, eau électrolysée, eau oxydante électrolysée Terminologie anglaise :...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Création de gabarits de sachets thermosoudés pour la stérilisation

Pour pouvoir définir la taille de gaine de stérilisation et sa longueur, afin qu’elle soit adaptée aux instruments, j’ai mesuré...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés Les sachets de stérilisation au cabinet dentaire

Introduction Pour être efficaces, les autoclaves de classe B recommandés dans les cabinets dentaires nécessitent la diffusion de vapeur d’eau...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés L’halitose : prise en charge au cabinet dentaire

Cela fait un peu plus d’un an que la crise sanitaire engendrée par la Covid-19 a permis au grand public...
Hygiène et Asepsie

Article réservé à nos abonnés La tenue de l’assistant(e) dentaire

Une tenue complète Selon l’esprit du cabinet dentaire, la même tenue est portée par toute l’équipe, ou chacun peut l’adapter...