Pourquoi le premier bilan orthodontique doit-il se faire à 3 ans ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire

1. Les dysmorphoses retrouvées très fréquemment chez les enfants à 3 ans. a. Infra-occlusion/béance.

Information dentaire
L’étiologie des dysmorphoses oro-faciales est le plus souvent héréditaire ou congénitale, mais une très grande partie des troubles de croissance bucco-dentaire a pour origine des problèmes fonctionnels.
En tant qu’omnipraticien, spécialiste qualifié en ODF ou pédodontiste, nous sommes concernés par les problèmes fonctionnels péri-oraux chez les enfants, tels que la déglutition atypique, la respiration buccale, la succion du pouce ou de la sucette, l’interposition labiale ou linguale ou les problèmes dynamiques mandibulaires. En effet, ils influencent le développement et la croissance de l’enfant.
En 2002, puis en 2006 La Haute Autorité de Santé (HAS) a insisté sur le fait que « tout chirurgien-dentiste se doit de dépister, diagnostiquer, traiter ou adresser tout enfant porteur de problèmes fonctionnels péri-oraux avec des dysmorphoses associées, et ce, dès l’âge de trois ans ».
La prévention bucco-dentaire précoce est indispensable, comme le souligne également la HAS dans une autre recommandation : « (…) Il serait donc important de diagnostiquer précocement les dysmorphoses, pour qu’elles ne s’aggravent pas en l’absence de traitement (…) ».

L’étiologie des dysmorphoses oro-faciales est le plus souvent héréditaire ou congénitale, mais une très grande partie des troubles de croissance bucco-dentaire a pour origine des problèmes fonctionnels.

En tant qu’omnipraticien, spécialiste qualifié en ODF ou pédodontiste, nous sommes concernés par les problèmes fonctionnels péri-oraux chez les enfants, tels que la déglutition atypique, la respiration buccale, la succion du pouce ou de la sucette, l’interposition labiale ou linguale ou les problèmes dynamiques mandibulaires. En effet, ils influencent le développement et la croissance de l’enfant.

En 2002, puis en 2006 La Haute Autorité de Santé (HAS) a insisté sur le fait que « tout chirurgien- dentiste se doit de dépister, diagnostiquer, traiter ou adresser tout enfant porteur de problèmes fonctionnels péri-oraux avec des dysmorphoses associées, et ce, dès l’âge de trois ans ».
La prévention bucco-dentaire précoce est indispensable, comme le souligne également la HAS dans une autre recommandation : « (…) Il serait donc important de diagnostiquer précocement les dysmorphoses, pour qu’elles ne s’aggravent pas en l’absence de traitement (…) »

I. Pourquoi dès 3 ans ?

Outre les recommandations de la HAS, de multiples raisons doivent nous pousser à dépister dès cet âge.

La denture de lait se met en place à son rythme et celui-ci diffère d’un enfant à l’autre. Mais à 3 ans, les 20 dents sont en place, voire dès 2 ans pour certains enfants. La première visite, avec le premier bilan, devrait donc se faire pour tous les enfants au plus tard à 3 ans !

Un premier bilan à 3 ans permet :

  • de vérifier le risque carieux (une détection précoce de la carie), mais également de vérifier que les fonctions physiologiques – respiration nasale, déglutition, mastication – sont bien installées car elles sont indispensables à la bonne croissance oro-faciale. Le développement neuro-physiologique…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...