Une pratique quotidienne basée sur la preuve : l’intelligence artificielle peut-elle nous aider ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°24 - 17 juin 2020
Information dentaire

Notre cerveau aura besoin d’assistance dans les années à venir pour ingurgiter des quantités toujours plus importantes d’informations et, en même temps, se concentrer sur la meilleure approche possible à proposer aux patients pour pratiquer selon les données acquises de la science. Aujourd’hui, le numérique et l’intelligence artificielle ambitionnent de reproduire certaines tâches réalisées quotidiennement par notre cerveau. L’objectif de cet article est donc d’aborder cette question : comment le numérique et l’intelligence artificielle vont-ils pouvoir nous aider à intégrer ces données et ces preuves dans notre pratique clinique quotidienne ? Pour aborder ce sujet, les concepts de niveau de preuve ou de dentisterie basée sur la preuve seront succinctement définis. Ces éléments permettront de comprendre comment notre pratique professionnelle devra progressivement évoluer et, surtout, en quoi les solutions d’intelligence artificielle nous assisteront dans un futur proche pour faciliter et accompagner ces changements.

L’information est plus que jamais présente dans nos vies, de nos téléphones à nos ordinateurs en passant par la télévision. Elle circule chaque jour plus vite, avec la difficulté de pouvoir vérifier sa qualité et son authenticité. Dans le secteur médical, la recherche des meilleures informations scientifiques alimente une médecine « basée sur la preuve », aussi appelée Evidence-Based Medicine. L’odontologie n’échappe pas à cette évolution du rapport à la science, puisqu’il existe aussi une odontologie basée sur la preuve, l’Evidence Based Dentistry (EBD) [1].

Les échanges d’informations entre les individus restent cependant un phénomène complexe que la science continue d’étudier. En 2018, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) publie une étude sur 126 000 histoires retweetées par 3 millions de personnes qui prouve que les fausses informations, couramment appelées fakes-news, se diffusent plus largement et plus vite que les informations exactes [2, 3]. Les disciplines médicales pourraient sembler à l’abri de ce phénomène, mais il n’en est rien. Nous devons chaque jour traiter plus de nouvelles informations alors que nous sommes déjà sursollicités [4, 5]. Notre cerveau pourrait donc avoir besoin d’aide dans les années à venir pour ingurgiter toutes ces nouvelles preuves si nous souhaitons pouvoir le laisser se concentrer sur la meilleure approche possible à proposer aux patients.

Le numérique pourrait-il nous aider ? Probablement. Le numérique et l’intelligence artificielle (IA) regroupent justement de nombreuses disciplines et technologies dont l’objectif est d’aider à comprendre et reproduire certaines tâches réalisées quotidiennement par notre cerveau. Le sujet de cet article apparaît donc légitime : comment le numé- rique et l’IA pourront-ils nous aider à intégrer ces nouvelles preuves dans notre pratique clinique quotidienne ?

De la production d’une preuve à son transfert…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Besoins de soins dentaires chez les personnes en situation de handicap

À la fin des années 2000, des rapports nationaux ont fait état d’un besoin en soins dentaires important pour les...
Santé publique

Covid-19, gouttelettes, bio-aérosols, bouche et nez

Dans l’état actuel des connaissances, la contamination par le SARS-CoV-2 (Severe Acute Respiratory Syndrome CoronaVirus-2) passe essentiellement par les muqueuses...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés La maladie carieuse en France Une problématique tout au long de la vie, associée à des difficultés de prise en charge des plus jeunes

La situation de la France est d’autant plus inquiétante qu’il faut considérer les besoins comme sous-estimés. En effet, la prise...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Le patient en situation de handicap : est-ce si difficile ?

Il est généralement admis que l’état bucco-dentaire des personnes en situation de handicap est moins bon que celui de la...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Les amalgames dentaires

L’amalgame est le matériau de restauration coronaire qui présente le plus de recul clinique et reste, à l’heure actuelle, le...