Préalables cliniques à la pose d’implant

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°2 - 11 juin 2020 (page 116-122)

4. L’aménagement tissulaire – via l’apport d’un greffon conjonctif enfoui – a permis d’optimiser le contrôle de plaque favorisant un retour à la santé péri-implantaire (courtoisie Dr J. Malet).

Information dentaire
Poser un implant oui, mais dans quelles conditions ? Face à une généralisation de l’implantologie au sein des cabinets dentaires, il semble important de redéfinir l’intégration de cette phase de traitement au sein de la prise en charge globale du patient. Que ce soit chez le patient parodontalement sain, souffrant de parodontite ou présentant des antécédents de maladie parodontale, notre but est d’assurer la survie et surtout le succès implantaire à long terme.
L’objectif de cet article est ainsi d’analyser les préalables cliniques à la pose d’implants, en mettant tout particulièrement en lumière les prérequis parodontaux.

L’implantologie fait actuellement partie des options de traitement prédictibles permettant de remplacer les dents manquantes, avec des taux de survie implantaire – entre 1,2 et 16 ans – avoisinant 91,67 à 100 % chez les patients parodontalement sains et 79,22 à 100 % chez les patients avec antécédents de maladie parodontale [1]. La banalisation de cette technique tend à faire oublier qu’il s’agit seulement d’une étape dans la prise en charge du patient. En effet, même si ces pourcentages paraissent importants, ils reflètent l’existence de complications biologiques compromettant le succès implantaire à court et long terme [2]. Parmi ces complications figurent la mucosite et la péri-implantite, touchant respectivement 19,83 % et 46,83 % des patients [3]. Ces complications étant liées à des facteurs de risque locaux et généraux, différents préalables cliniques, notamment parodontaux, doivent impérativement être vérifiés avant toute chirurgie implantaire.

Intégrer l’implantologie dans le plan de traitement global

Préalables cliniques généraux

Les contre-indications à la pose implantaire seront détaillées dans l’article suivant (« Contre-indications en implantologie et attitudes concernant les patients à risque »).

La prise en charge des facteurs de risque que sont le tabac et un diabète non équilibré doit être gérée en amont en accompagnant le patient dans son sevrage tabagique et en l’adressant à un diabétologue. En effet, ces facteurs de risque contribuent à l’augmentation des cytokines inflammatoires (Il1β, IL6, TNFα), à l’altération de la réponse immunitaire, donc à l’initiation et à la progression de la parodontite, et ont un effet délétère sur les tissus péri-implantaires [4,5].

Préalables cliniques locaux

La plaque étant un facteur étiologique des maladies parodontales et péri-implantaires [6,7], le rôle du praticien est de supprimer tous les facteurs locaux contribuant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Lésion nerveuse du nerf alvéolaire inférieur lors d’une pose implantaire

Rappels Le nerf alvéolaire inférieur (NAI) est le plus touché (64,4 % des cas) lors des chirurgies implantaires du fait de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques restauratrices versus implantologie. Retardons l’avulsion tant que possible.

Coordination : Aude Ménard, Adrien Lastrade Cas clinique Une patiente de 41 ans se présente en urgence pour le descellement de...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Vulnérabilité occlusale en prothèse implantaire : pourquoi tout ce qui aurait pu mal tourner n’est pas arrivé ?

L’implantologie est une discipline prothétique à composante chirurgicale. Positionner un implant puis une prothèse unitaire supra-implantaire, c’est considérer l’ensemble des...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Gestion des complications en prothèse implantaire

L’analyse rapide de la littérature [1-6] nous montre que (tableau 1) : les complications mécaniques sont plus importantes avec la prothèse...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés L’usure des attachements en PACSI est-elle évitable ?

Dans le traitement de l’édentement complet mandibulaire, l’utilisation de deux attachements axiaux supra-implantaires permet d’améliorer l’équilibre prothétique pendant la fonction....
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Prothèse Amovible Complète Télescopique Implanto-Retenue (PACTIR) : Quand PEEK rime avec numérique

Dans cet article, nous allons tenter de préciser les étapes fondamentales de la conception et de la réalisation d’une PACTIR....