Prothèse fixée plurale ou implantaire : j’extrais, je comble ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°5 - 15 décembre 2021 (page 329-340)
Information dentaire
  1. Faut-il combler les alvéoles ?
  2. Peut-on préserver la crête en comblant l’alvéole ?
  3. Avec quoi combler les alvéoles ?

Après extraction d’une dent, il se met en place trois types de phénomènes. Tout d’abord, à court terme se déclenche une douleur assujettie à l’apparition de l’inflammation, physiologique et consécutive à l’aspect inéluctablement iatrogène de l’acte d’avulsion. In fine, la perte de l’organe dentaire consacre la rupture d’un état d’équilibre intrabuccal qui va concourir à l’instauration de migrations dentaires, de pertes de points de contacts, à l’apparition de caries si le contrôle de plaque n’est pas optimal, et à un dérèglement occlusal intra- et interarcade.

Mais c’est surtout la conséquence à moyen terme de l’avulsion dentaire qui retiendra ici notre attention, car elle signe essentiellement le déclenchement d’un processus de remodelage cicatriciel au niveau de l’alvéole, qui aboutit à une perte plus ou moins importante du volume de la crête résiduelle. Cette altération morphologique, si elle n’est pas contrôlée et maîtrisée, aura des conséquences certaines sur les aspects esthétiques et prophylactiques de toutes nos reconstructions prothétiques fixées, dento- ou implantoportées.

Le remodelage alvéolaire

De nombreux auteurs se sont exprimés dans tous types de revues professionnelles pour décrire les modifications morphologiques qui surviennent après avulsion et ordonner les paramètres à intégrer pour les décisions prothétiques ultérieures [1-3]. Il a été établi, d’après des revues de littérature [4], que la perte crestale pouvait être estimée jusqu’à 22 % dans le sens vertical et de 29 à 63 % dans le sens transversal. Sur le plan cellulaire, il intervient une double participation essentielle au remodelage, par le couplage ostéoclastes/ostéoblastes.

Raghavendra et coll. [5] ont permis de mieux comprendre cette interaction par le diagramme développé en figure 1. Il ressort de cette figure que pour restreindre la résorption, il convient de :

  • tenter de minimiser…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés La prothèse fixée implantaire : scellée ou vissée ?

La prothèse scellée Le scellement de restaurations sur des piliers implantaires demeure une solution très intéressante (fig. 1). Cette technique reprend...
Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation totale fixée maxillaire en contexte crestal très déficient

Les patients totalement édentés au maxillaire peuvent souhaiter une prothèse fixe plutôt qu’une prothèse amovible. Malheureusement, le volume osseux peut...
Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Prothèse fixée implantaire : scellement ou vissage ?

En odontologie, s’il existe certains sujets à discussion, nul doute que celui-ci en fait partie [1] ! Les habitudes de...
Prothèse Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Les différents moyens d’enregistrer la relation maxillo-mandibulaire en prothèse fixée implanto-portée

Une des particularités des prothèses implanto-portées est l’absence de ligament parodontal autour des implants. Les implants sont ankylosés, en contact...