Prévoir les résultats et maintenir les acquis en implantologie

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°1 - 12 janvier 2022 (page 18-29)
Information dentaire

L’omniprésence des pertes osseuses péri-implantaires est devenue un enjeu de santé publique. Cet article propose une méthode pour prévenir leur survenue et pérenniser les résultats thérapeutiques.

Une réhabilitation implanto-portée a pour but de restaurer la fonction et l’esthétique sur le long terme [1]. Dans l’esprit des patients, cette troisième denture est définitive : ce sera celle avec laquelle ils finiront leur existence. Ils le perçoivent d’autant plus facilement que, lors du premier rendez-vous, des taux de survie élevés – classiquement supérieurs à 95 % – leur sont annoncés. Mais ces données ne rendent pas compte des conditions dans lesquelles l’implant est encore présent sur le site. À l’heure actuelle, l’un des prérequis pour pouvoir qualifier un implant de succès thérapeutique est la stabilité de l’os crestal à son plus haut niveau depuis l’implantation. Plusieurs années après la mise en fonction de l’implant, satisfaire ce critère représente un défi tant les facteurs susceptibles de le compromettre sont nombreux. Parmi ceux-ci, il est possible de citer [2] :

  • une hygiène et maintenance insuffisantes ;
  • des antécédents de parodontite ;
  • le tabac ;
  • le diabète ;
  • une hauteur et une épaisseur insuffisantes des tissus kératinisés ;
  • les fusées de ciment ;
  • des facteurs génétiques ;
  • certaines affections systémiques et leurs traitements ;
  • les facteurs iatrogènes (protocole de pose de l’implant inadapté, position de l’implant, projet prothétique inadéquat) ;
  • une surcharge occlusale ;
  • les péri-implantites.

Dans ce dernier cas, une pathologie est à l’œuvre. La péri-implantite est une affection pathologique liée à la plaque touchant les tissus péri-implantaires ; elle est caractérisée par une inflammation de la muqueuse péri-implantaire et une perte osseuse péri-implantaire progressive [3].

D’un point de vue physiopathologique, la mucosite précède la péri-implantite et représente le stade initial de l’affection : l’inflammation est limitée aux tissus mous qui jouxtent l’implant : un saignement au sondage doux est présent, un érythème…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Article réservé à nos abonnés Restaurations implantaires complètes fixées : empreinte et conception

Les protocoles cliniques de réhabilitation implantaire complète transvissée sur implants sont aujourd’hui bien établis lorsqu’il s’agit d’utiliser les techniques conventionnelles d’empreintes...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Extraction implantation avec ou sans mise en charge immédiate ?

L’amélioration de nos connaissances ainsi que l’évolution de l’offre concernant le matériel implantaire (design et état de surface notamment) ont...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Planification implantaire : de la conception à l’exécution

Réhabiliter le patient édenté complet ou celui qui va le devenir par une prothèse implanto-portée nécessite, en premier, la mise...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Chirurgie implantaire : technique guidée ou main libre ?

Les premiers pas en implantologie avaient comme objectif l’obtention de l’ostéo- intégration des implants et l’observation de leur taux de...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Restaurations implanto-portées compensant un édentement bi-maxillaire encastré : la prise d’empreinte

Un patient se présente en consultation d’implantologie pour compenser ses édentements maxillaire et mandibulaire. Lors de cette première consultation, une...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés L’implantoplastie pour le traitement des péri-implantites : revue systématique de la littérature. Partie 2

RÉSUMÉ Objectifs La fréquence globale des péri-implantites, pathologie d’origine bactérienne, affecte 20 % des implants et 10 % des patients. Il n’existe...