Quand faut-il déposer les appareils orthodontiques avant une IRM ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°1 - 15 février 2016 (page 38-40)
Information dentaire

Les appareils orthodontiques sont quelquefois déposés avant la réalisation d’un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) de la sphère cervico-faciale par crainte d’effets indésirables tels que :
• les artefacts métalliques,
• l’échauffement des pièces métalliques,
• ou encore leur déplacement.

Mais s’il est aisé de retirer un arc ou un appareillage amovible, la dépose des éléments collés, boîtiers ou fils de contention, en plus d’être fastidieuse et coûteuse, est potentiellement consommatrice d’émail. On peut donc s’interroger : dans quel cas la dépose est-elle justifiée ?

L’objectif de ce travail est de fournir un modèle de fiche de communication entre le médecin radiologue et l’orthodontiste :
• récapitulant les indications de dépose des différents types d’appareils orthodontiques en fonction de la zone anatomique ;
• permettant de dégager une attitude thérapeutique claire.

Quelles sont les conséquences des IRM sur les patients porteurs d’appareils ODF ?
La littérature nous montre que :
• l’élévation de la température induite par les ondes RF utilisées en IRM est négligeable pour les éléments métalliques de taille inférieure à 2 cm comme les boîtiers orthodontiques ;
• les forces de déplacement sont insuffisantes pour décoller des boîtiers ou déloger un arc si le collage et les ligatures ont bien été vérifiés au préalable.

Les artefacts métalliques, qui peuvent être définis comme des ensembles de pixels ne représentant pas fidèlement les composants du tissu étudié, dépendent des propriétés magnétiques du métal mais aussi de sa forme, sa taille, son orientation spatiale et de l’homogénéité de l’alliage. Le diagnostic mené par le radiologue peut alors être compromis par la présence d’une distorsion de l’image ou d’un trou noir.
Les études faisant défaut dans la littérature, nous avons donc mené une étude clinique sur 60 patients volontaires…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...
ODF

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la contention en cas de parodontite

Les parodontites sont des pathologies d’origine bactérienne, aggravées par de nombreux facteurs (tabac, génétique, hygiène…) [1] et conduisant à une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Approches multiples et variées pour contenir l’espace des incisives latérales absentes

Paramètres particuliers à prendre en compte Voici quelques aspects importants de la contention dans les cas d’agénésie des incisives latérales...