Quel est le meilleur matériau ? #1

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°1 - 15 mars 2022 (page 52-62)
Information dentaire
Les restaurations collées postérieures partielles indirectes prennent tout leur sens lorsqu'il y a suffisamment de tissu résiduel sain et non dyschromié pour fournir une surface de collage efficace. Elles représentent une bonne alternative aux composites directs lorsque le volume à reconstruire sur une dent postérieure est moyen à important.br/> Les chercheurs, ainsi que les fabricants, sont en quête du matériau idéal pour fabriquer des restaurations à couverture partielle postérieure. Au cours des dernières décennies, le nombre de matériaux céramiques, composites ou similaires disponibles pour ce type de pièce prothétique s'est multiplié, ce qui rend difficile l'établissement de critères de sélection clairs et d'indications adéquates. De plus, il est difficile de trouver dans la littérature des justifications scientifiques claires pour choisir le matériau idéal pour nos inlays/onlays.
L'objet de cet article en deux parties est donc de tenter de faire le point sur les différents matériaux, leurs propriétés et leurs indications, pour les restaurations postérieures partielles indirectes, et d'établir des pistes de choix en fonction de la situation clinique.

L’or utilisé pour la réalisation d’inlays/onlays a fait la preuve de succès cliniques évidents et d’une excellente biocompatibilité. Cependant, son coût financier et son esthétique discutable poussent les praticiens à se tourner vers des matériaux tels que la céramique, les matériaux hybrides ou les résines composites. Ces matériaux plus récents sont esthétiques, peuvent être collés très fortement aux surfaces dentaires et permettent une plus grande préservation des tissus dentaires.

Les restaurations postérieures partielles indirectes collées prennent d’ailleurs tout leur sens lorsqu’il persiste suffisamment de tissus résiduels sains et non dyschromiés pour offrir une surface de collage efficace. Elles représentent une bonne alternative aux composites directs lorsque le volume à reconstituer sur une dent postérieure est moyen à important. Il faut toutefois noter que quatre récentes méta-analyses confirment qu’il n’y a pas de différence de longévité entre les restaurations directes et indirectes en composite, indépendamment de la dent restaurée [1,2,3,4]. Toutefois, une analyse des contraintes par éléments finis montre qu’une cavité de classe II doit préférentiellement être reconstituée par un inlay plutôt que par un composite direct, même s’il a une faible rétraction de prise (type bulk-fill) [5].

Le bon choix consiste en fait à opter pour l’approche qui permettra une restitution esthétique, et surtout fonctionnelle et durable, en garantissant la résistance mécanique de la restauration, et de la dent, sans symptomatologie. Pour cela, il est nécessaire d’évaluer le volume à reconstituer, la situation occlusale, le nombre de crêtes et de points de contact à reconstituer et la situation de la limite cervicale. La technique directe, moins onéreuse et plus rapide, est très opérateur-dépendante, et le choix d’une restauration partielle indirecte collée, même si elle est également soumise…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Adhésif à base de protéines de moule  : Fonctionnement, application et perspectives en chirurgie dentaire

Le monde du vivant possède plus de quatre milliards d’années d’expérience dans la résolution de problèmes, par nécessité et pour...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Le Polyétheréthercétone ou PEEK : matériau de demain en odontologie ? #1

Le polyétheréthercétone (en anglais Polyetherether­ketone) ou PEEK est un poly(oxy-1,4-phénylène-oxy-1,4-phénylènecarbonyl-1,4-phénylène). Cette dénomination rébarbative correspond tout simplement à un polymère aromatique...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Les antibiotiques en odontologie, bon usage et antibiorésistance… En toute simplicité

Spécialiste qualifiée en chirurgie orale, Julie Guillet est MCU-PH à la faculté d’odontologie de Nancy, responsable du département de chirurgie...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Analyse par éléments finis : point méthodologique

La Méthode des éléments finis (MEF) est une méthode numérique permettant d’approcher la solution d’un problème d’ingénierie complexe (en général...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Les verres bioactifs : des propriétés aux applications cliniques en dentisterie restauratrice et en endodontie

Les verres bioactifs (Bioactive glasses, BAG), comme leur nom l’indique, font partie des matériaux dits « bioactifs ». Depuis leur découverte en...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Le nano-assemblage, parce qu’une image vaut mille mots…

Cette rubrique se propose de présenter à chaque numéro un schéma, un graphique, une vue microscopique… pour expliquer certains comportements des...