Reconstruction complexe : optimisation de la phase transitoire par CFAO

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 5 juin 2019 (page 202-209)
Information dentaire
Quelles sont les différentes étapes clés de la prise en charge de la phase transitoire par CFAO ?
Quelles sont les étapes d’un protocole simple, rapide et efficace ?
Quels sont les avantages de la CFAO en phase transitoire ?

La conception et fabrication assistées par ordinateur s’invitent de plus en plus dans notre exercice quotidien. En effet, l’évolution considérable de ces dernières années en matière d’odontologie numérique permet une approche de plus en plus qualitative et ergonomique [1-4].
Cette technique autorise trois approches : la CFAO directe, la CFAO semi-directe et la CFAO indirecte [5].

Pour la CFAO directe, le praticien numérise les arcades au fauteuil, puis conçoit et fabrique la pièce prothétique au sein même du cabinet, à l’aide d’une machine-outil. La restauration peut alors être effectuée très rapidement, parfois même dans la séance, ce qui représente un avantage considérable [6].

L’atout majeur de la CFAO directe réside dans son extrême rapidité de mise en œuvre, associée à une grande précision d’exécution et l’élimination des risques d’erreurs dus à la dépendance des matériaux (tirage, décollement de matériaux, déformation de la zone de contact proximal, difficultés d’accès aux limites…). Avec l’empreinte numérique, le praticien gagne en précision [7,8].

La durée nécessaire à cette séance unique varie entre 1 heure et demie, pour un praticien débutant, à 45 minutes, pour un praticien expérimenté [1].

En CFAO semi-directe, le praticien réalise l’empreinte optique au cabinet dentaire puis envoie le fichier par Internet au laboratoire de prothèse. La conception de la pièce prothétique et sa réalisation seront alors assurées par l’info-prothésiste [9,10].

En CFAO indirecte, le praticien réalise l’empreinte physico-chimique qu’il transmet au laboratoire pour obtenir le moulage en plâtre. L’info-prothésiste numérise ce maître moulage, conçoit et fabrique secondairement la prothèse avec recours au numérique [11-16].

Les principaux avantages ergonomiques sont très souvent plébiscités lors de l’utilisation de cette technique, dans des cas de restauration…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

CFAO

20 ans de CFAO

Durant ces vingt dernières années, les stratégies prothétiques, tant au laboratoire de prothèse qu’au cabinet dentaire, se sont affirmées comme...
CFAO

CFAO et implantologie : de la planification à la chirurgie implantaire

Le positionnement tridimensionnel d’un implant n’est pas uniquement conditionné par le volume osseux disponible et les structures anatomiques bordant l’édentement,...
Biomatériaux CFAO

La céramique infiltrée de polymère (PICN) pour des connexions implantaires esthétiques à embase titane : un biomatériau d’avenir en CFAO

Une réhabilitation prothétique implantoportée est très différente d’une restauration dentoportée. En effet, celle-ci nécessite la superposition et l’assemblage de plusieurs...
CFAO

Il était une fois la CFAO…

Avant les ordinateurs Quelques rappels historiques : – 1960 : la conquête de l’espace entre les super puissances est lancée par...
CFAO

L’apport de la CFAO en prothèse amovible partielle à châssis métallique

Acquisition Depuis près de quarante ans, les avancées technologiques ont permis l’essor de la Conception et Fabrication assistées par ordinateur...
CFAO

Table-tops et overlays par CFAO directe : quand et comment ?

Les patients présentant des situations avancées d’usures et d’érosions dentaires plurales sont de plus en plus nombreux à venir nous consulter....