Reconstruction d’un plancher sinusien dans un but implantaire à l’aide d’un substitut osseux : séquence chirurgicale

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°4 - 15 novembre 2022 (page 22-27)
Information dentaire

Une communication bucco-sinusienne (CBS) est une solution de continuité ostéo-muqueuse entre la cavité buccale et le sinus maxillaire [1] dont l’origine la plus fréquente est iatrogène, par l’extraction d’une dent antrale, ou après une chirurgie préimplantaire ou implantaire [1, 2]. Ces CBS liées à la mise en place d’implants dentaires causeraient des séquelles cliniques et radiographiques plus sévères que celles liées aux autres étiologies [3].

Environ 90 % des CBS évoluent vers une sinusite si la communication est laissée non traitée au moins 2 semaines. Celles de petite taille, inférieures à 2 mm, peuvent se fermer spontanément, en l’absence d’infection, alors que celles supérieures à 3 mm,en l’absence de traitement, évoluent en fistule bucco-sinusienne [1, 2]. Plusieurs techniques de fermeture ont été décrites dans la littérature [1, 2, 4, 5, 6, 7] : la réalisation d’un lambeau de fermeture (vestibulaire ou palatin), l’utilisation de la boule de Bichat comme lambeau pédiculé, l’utilisation de greffes ou matériaux de comblements (autologues, allogéniques, xénogéniques, synthétiques), l’utilisation de facteurs plaquettaires (PRF) ou encore la transplantation de la troisième molaire. Parmi toutes ces méthodes, qui permettent d’obtenir une fermeture muqueuse sans nécessairement reconstruire le volume osseux, les études ne semblent pas conclure à la supériorité d’une technique [8, 9].

Nous décrivons ici de façon séquencée, au travers d’un cas clinique, une technique chirurgicale permettant de reconstruire le plancher sinusien en vue d’une pose d’implant dentaire, puis nous proposerons un état de la littérature concernant les différentes techniques proposées.

RÉSUMÉ

La découverte d’une communication bucco-sinusienne nécessite une prise en charge spécifique en chirurgie pré implantaire. Il convient en effet d’obtenir la fermeture du défaut et d’assurer une hauteur osseuse minimale compatible avec la pose d’un implant dentaire. Nous décrivons ici une séquence chirurgicale peu invasive, utilisant un substitut osseux xénogénique.  Nous faisons ensuite un état de la littérature des différentes thérapeutiques proposées.

Cas clinique

Nous présentons ici le cas d’un patient âgé de 52 ans sans pathologie générale (ASA I), adressé par son dentiste traitant pour une réhabilitation du secteur 1, après dépose d’une restauration prothétique solidarisée et scellée sur trois implants 15-16-17, en raison d’une péri-implantite (fig. 1 et 2). Le patient est non fumeur, le parodonte est sain, malgré un contrôle de plaque perfectible. La communication bucco-sinusienne (CBS) résultant de l’ablation des implants, s’est refermée spontanément en quelques semaines, du moins concernant son volet muqueux. Lors de l’étude pré-implantaire, 3 mois après l’intervention, un examen radiographique 3D est réalisé, et permet de mettre en évidence la persistance d’une solution de continuité au niveau du plancher sinusien dans un contexte de sinus maxillaire sain, sans signe d’inflammation ou d’infection (fig. 3). L’important défaut osseux vertical dans ce secteur associé à la proximité sinusienne contre-indique la pose d’implants sans réalisation préalable d’augmentation osseuse. Nous décidons alors de réaliser une élévation du plancher sinusien par voie latérale. Cette approche chirurgicale permettra d’augmenter le volume osseux et d’envisager une pose d’implants, tout en refermant la communication osseuse. La difficulté ici réside dans l’adhérence tissulaire entre muqueuse buccale et muqueuse sinusienne. Une régénération osseuse guidée verticale…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés L’acide hyaluronique comme adjuvant du traitement des récessions gingivales

Contexte Les récessions gingivales (RG), définies comme une exposition radiculaire due à la migration apicale du rebord gingival au-delà de...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Lésion blanche : pourquoi rester vigilant ?

Situation clinique Anamnèse. Une patiente âgée de 73 ans est reçue en consultation pour un avis en raison de la...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Effets des vitamines sur le parodonte et les maladies parodontales : une revue narrative des études cliniques

Les parodontites sont des pathologies inflammatoires multifactorielles, résultant d’un déséquilibre entre les défenses de l’hôte et un microbiote oral dysbiotique....
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion des complications biomécaniques et biologiques en implantologie

OBJECTIF Alors que la pose d’implants s’est largement démocratisée, le nombre de complications biologiques ou biomécaniques associées présente une prévalence...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Accroissement gingival d’origine médicamenteuse : et si le traitement étiologique suffisait ?

RÉSUMÉ Devant l’augmentation continue des prescriptions médicamenteuses, la gestion de leurs effets secondaires implique une coopération entre professionnels de santé,...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Treponema denticola

Résumé Treponema denticola est une bactérie anaérobie du microbiote buccal symbiotique, impliquée dans la parodontite. Elle est capable d’envahir les tissus...