• Écrit par

Reconstruction osseuse verticale pré-implantaire

Télécharger la formation
Information dentaire

La Revue

L'hebdo de la médecine bucco-dentaire
44 numéros par an

Abonnez-vous

Les réhabilitations prothétiques implanto-portées nécessitent un volume osseux suffisant dans les trois sens de l’espace pour placer les implants dans un axe prothétique idéal. Cependant, les causes d’atrophie du volume osseux sont multiples, comme la résorption osseuse physiologique, pathologique ou post-traumatique, les infections préexistantes ou le port de prothèse adjointe. Le taux de survie et de succès implantaire à dix ans est respectivement de 92,8 % [1] et de 69,4 % [2]. Ainsi, les complications et échecs implantaires entraînent systématiquement une résorption osseuse qui devra souvent être corrigée avant une nouvelle pose d’implants. La pratique de l’implantologie inclut donc la prise en charge d’atrophies osseuses plus ou moins importantes.

Parmi les atrophies osseuses, le diagnostic de défauts verticaux osseux est assez fréquent lors de consultation en vue de chirurgie implantaire. Leur correction est exposée à un plus grand risque d’échec que les augmentations osseuses horizontales [3] du fait du risque plus important de résorption et d’exposition. Dans les techniques d’augmentation osseuse, l’os autogène reste le matériau de référence en raison de ses propriétés ostéoconductrices et ostéogéniques. L’os allogénique donne aussi des résultats intéressants, mais il existe peu d’études à long terme sur la stabilité du volume greffé [4].

Les différentes techniques d’augmentation du volume osseux en vue de la pose d’implants dentaires ont pour objectif de recréer une architecture osseuse alvéolaire propice à la revascularisation…

Les commentaires sont fermés.