Restaurations implanto-portées compensant un édentement bi-maxillaire encastré : la prise d’empreinte

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire n°5 - 15 décembre 2021 (page 24-28)
Information dentaire

Un patient se présente en consultation d’implantologie pour compenser ses édentements maxillaire et mandibulaire. Lors de cette première consultation, une étude de faisabilité est entreprise pour valider ou non cette possibilité thérapeutique. Celle-ci comprend un entretien approfondi avec le patient afin de rechercher, d’une part, ses souhaits, ses exigences esthétiques, sa motivation et, d’autre part, ses antécédents médico-chirurgicaux, dentaires, les éventuelles allergies et contre-indications. Les facteurs de risques implantaires, tels que la consommation de tabac, sont également recherchés.

Pour rappel, les contre-indications absolues à la chirurgie implantaire sont :

  • la cardiopathie à haut risque d’endocardite infectieuse ;
  • l’insuffisance cardiaque sévère ;
  • le déficit immunitaire sévère (leucémie aiguë, agranulocytose) ;
  • l’hémopathie ;
  • la prise d’antirésorptifs pour raison maligne ;
  • la transplantation d’organe ;
  • l’affection du métabolisme osseux (maladie de Paget) ;
  • la néoplasie évolutive (tumeur maligne) ;
  • le stade Sida.

Il existe également des contre-indications relatives, locales ou générales, pouvant être résolues préalablement afin de procéder à la pose d’implants dentaires.

La phase d’ostéointégration de 6 mois suivant la pose d’implants ayant été respectée, la phase prothétique peut débuter.

Commande des pièces

Afin d’entamer la phase prothétique, l’assistant(e) dentaire commande les pièces utiles à la première consultation. Le cas présent nécessite un transfert d’implant, indispensable pour la prise d’empreinte, et un analogue permettant de reproduire à l’identique la situation en bouche sur un maître modèle.

Plusieurs paramètres doivent être connus afin que les pièces soient choisies avec exactitude :

  • la marque de l’implant, afin de rechercher les pièces dans le catalogue ;
  • le type d’implant, qu’il soit bone…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Le guide à étage : nouvel atout thérapeutique après reconstruction osseuse pré-implantaire

Grâce aux progrès technologiques et à l’avènement des flux de travail numérique continu, l’implantologie assistée par ordinateur (CFAO) devient pratique...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Gestion d’un échec dans la prise en charge implanto-prothétique d’un maxillaire totalement édenté

Situation thérapeutique Un patient consulte pour une prise en charge implantaire, il n’a pas de problème de santé particulier et...
Implantologie Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Un SSA (Sealing Socket Abutment) nouvelle génération, le SSASB

Grâce au numérique, il est désormais possible de réaliser l’empreinte optique le jour de la chirurgie implantaire et dans la...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Planification des traitements implanto-prothétiques

Exercice limité à la parodontologie et l’implantologie, Paris Praticien attaché à la consultation d’implantologie du service de chirurgie maxillo-faciale (hôpital de Villeneuve-Saint-Georges)...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Prophylaxie implanto-prothétique : la part du patient

Selon Lee et coll. [1], la prévalence de la péri-implantite est décrite comme touchant plus de 9 % des implants posés,...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Échec de l’ostéointégration et vitamine D : état actuel des connaissances

D’après Manzano et al [1], l’utilisation d’implants courts ou la consommation de tabac seraient des facteurs de risque à l’origine de...