Rhinites chroniques…non allergiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 22-23)
Information dentaire
La rhinite chronique est une pathologie fréquemment rencontrée en pratique quotidienne. Pour autant, peu de travaux lui ont été consacrés. L’analyse de la littérature dans ce domaine montre l’absence de définition consensuelle (elle révèle tout au plus qu’il s’agit d’une atteinte non mécanique des structures nasales et non infectieuse des structures sinusiennes) et la richesse (si ce n’est souvent l’intrication) des mécanismes en cause…

De quoi s’agit-il ?
On parle aujourd’hui de rhinites… chroniques, lorsque les troubles persistent au moins 12 semaines consécutives ou non par an, et de rhinites… non allergiques, lorsque les troubles ne rélèvent pas d’une inflammation (IgE dépendante) de la muqueuse nasale survenant au décours d’un contact avec un allergène présent dans l’environnement domestique (poussières), général (pollens) ou professionnel.

Un mot de terminologie…
Classiquement, on distingue au sein des rhinites chroniques, les rhinites allergiques et non allergiques, et au sein de ces dernières (classification réalisée à partir du mécanisme supposé être à l’origine des troubles) :
– les rhinites inflammatoires ou rhinites non allergiques à éosinophiles ou NARES (Non Allergic Rhinitis
with Eosinophilic Syndrome), pathologie sans spécificité dont l’incidence est inconnue et la physiopathologie demeure obscure ;
– les rhinites non inflammatoires subdivisées en rhinites d’origine extrinsèque (induites notamment par la prise de certains médicaments* ou l’ingestion d’alcool et de certains aliments) ou intrinsèque (observées notamment au cours de la grossesse et chez les personnes âgées).

* Abus de décongestionnants nasaux, aspirine et autres AINS, certains antihypertenseurs (alpha-bloquants), médicaments prescrits au cours de la maladie d’Alzheimer ou employés dans les troubles de l’érection…


Symptomatologie
Les rhinites inflammatoires à éosinophiles (NARES) évoluent par paroxysmes. Elles se manifestent par une sensation d’obstruction nasale, des troubles olfactifs (hyposmie, anosmie) et, fréquemment, une rhinorrhée profuse aqueuse, des éternuements en salve et un prurit nasal ; symptomatologie conduisant habituellement à rechercher une allergie… mais les examens réalisés dans ce but (tests cutanés, dosage des IgE spécifiques) se révèlent négatifs !
Les rhinites médicamenteuses (ou alimentaires) se traduisent généralement…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Les inhibiteurs de la résorption osseuse

Dans sa pratique quotidienne, le chirurgien-dentiste est amené à déchiffrer et à interpréter les prescriptions médicales habituelles de ses patients....
Médecine

Article réservé à nos abonnés À propos d’une sinusite maxillaire chronique

Questions 1. Quelle est l’étiologie de la sinusite maxillaire gauche ? a. Dépassement de pâte dentaire b. Comblement osseux préimplantaire...
Médecine

Article réservé à nos abonnés QCM – Une hyperplasie fibreuse du vestibule inférieur

  Un homme âgé de 72 ans, suivi pour une hypertension artérielle équilibrée, est adressé pour avis. Il présente une...
Médecine

Article réservé à nos abonnés À propos d’une lésion maxillaire

1. La panoramique (fig. 1) montre « une image » maxillaire antérieure. Il s’agit : a. d’une image radioclaire maxillaire b. d’une image radio-opaque...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Agir devant une réaction allergique au fauteuil

Environ un quart de la population française présente une allergie. L’incidence de la maladie, c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Cellules souches, l’origine de la vie

Article analysé Du ZH, Ding C, Zhang Q, Zhang Y, Ge XY, Li SL, Yu GY. Stem cells  from exfoliated  deciduous  teeth alleviate hyposalivation caused...