Risque hémorragique et prise en charge chirurgicale d’un patient sous nouvel anticoagulant oral (NACO)

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°33 - 29 septembre 2021 (page 40-50)
Information dentaire

En chirurgie orale, la prise en compte du risque hémorragique en fonction de l’acte pratiqué se révèle essentielle, particulièrement chez les patients sous traitement anticoagulant. Ce cas clinique illustre la démarche thérapeutique dans le cadre d’un plan de traitement nécessitant une extraction, une élévation du plancher sinusien, ainsi que la mise en place d’implants.

La cascade de coagulation représente un équilibre entre les voies procoagulantes qui conduisent à la formation des caillots sanguins et les voies anticoagulantes qui inhibent ces mêmes mécanismes.

Bien que la coagulation du sang au niveau d’une plaie soit un élément naturel du processus de guérison, les thromboses artérielles et veineuses sont une cause importante d’invalidité, et parfois de décès. Les patients à haut risque peuvent se voir administrer des anticoagulants comme traitement prophylactique d’événements thrombo-emboliques [1].

D’après Madrid et Sanz [2], un traitement par anticoagulant est indiqué chez les patients présentant un risque thromboembolique, comme dans les situations d’antécédent d’angine de poitrine, d’athérosclérose, de fibrillation auriculaire, d’accidents cérébro-vasculaires, de thrombose veineuse profonde, de maladie artérielle périphérique, de cardiopathie ischémique, d’infarctus du myocarde et d’embolie pulmonaire.

Par le passé, l’héparine et des antagonistes de la vitamine K (AVK) tels que la warfarine, représentaient les médicaments indiqués pour un traitement anticoagulant. En raison des nombreuses interactions médicamenteuses des AVK imposant une surveillance associée, ainsi que des limites liées à l’administration parentérale, d’autres produits anticoagulants ont été développés [1].

Ainsi, depuis 2009, une nouvelle classe d’anticoagulants oraux (NACO) est disponible (aussi appelée anticoagulants directs ou AOD), qui cible un facteur de coagulation spécifique, soit la thrombine (anti-IIa), soit le facteur X activé (anti-Xa).

L’intérêt de ces anticoagulants réside dans l’absence de contrôles réguliers de l’INR afin d’adapter la dose médicamenteuse. En revanche, l’absence d’information sur l’effet anticoagulant du médicament expose à un risque de sous-dosage, source d’inefficacité, ou de surdosage entraînant un risque hémorragique.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Planification des traitements implanto-prothétiques

Exercice limité à la parodontologie et l’implantologie, Paris Praticien attaché à la consultation d’implantologie du service de chirurgie maxillo-faciale (hôpital de Villeneuve-Saint-Georges)...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Prophylaxie implanto-prothétique : la part du patient

Selon Lee et coll. [1], la prévalence de la péri-implantite est décrite comme touchant plus de 9 % des implants posés,...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Échec de l’ostéointégration et vitamine D : état actuel des connaissances

D’après Manzano et al [1], l’utilisation d’implants courts ou la consommation de tabac seraient des facteurs de risque à l’origine de...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Maintenance de l’environnement gingival péri-implantaire en pratique quotidienne

De nombreuses publications scientifiques traitant des complications biologiques qui accompagnent les thérapeutiques implanto-prothétiques signalent la nécessité d’une maintenance régulière assurée...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés L’angulation du puits d’accès de vissage, une solution prothétique fiable à l’angulation implantaire ?

À propos d’un cas clinique en secteur postérieur L’angulation du puits de vissage a surtout été décrit dans les réhabilitations...
Implantologie prothétique

Article réservé à nos abonnés Empreinte optique et protocole d’enregistrement transgingival en prothèse supra-implantaire

La littérature a montré qu’une gestion pertinente de la situation des tissus gingivaux péri-implantaires en adéquation avec le profil d’émergence...