Risque iatrogène sur l’émail de la dépose des attaches orthodontiques et du nettoyage de la colle

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°5 - 15 décembre 2015 (page 28-35)
Information dentaire
« L’iatrogénie correspond aux conséquences indésirables ou négatives sur l’état de santé individuel ou collectif de tout acte ou mesure pratiqués ou prescrits par un professionnel habilité et qui vise à préserver, améliorer ou rétablir la santé »

Attitude thérapeutique ? (2e partie*)

Incidence du choix de l’attache


Deux caractéristiques de l’attache jouent un rôle important dans le respect de l’émail à la fin du traitement orthodontique: sa rigidité et le traitement de sa base. Leurs implications sont interdépendantes avec le choix du système de collage.

L’assemblage collé doit avoir un maillon faible pour une dépose sans sollicitation de l’interface colle/émail.

Si l’attache est métallique et déformable ou céramique avec un point de rupture, nous avons plus de liberté dans le choix de la colle quel que soit le traitement de la base de l’attache (fig.1a, b).


Plus l’attache est rigide (en céramique sans point de rupture ou métallique non déformable avec une porte rigide) et le traitement de sa base est très rétentif, plus sa dépose est difficile avec un risque important d’endommagement de l’émail surtout quand la colle utilisée est trop performante en termes d’adhérence et de propriétés mécaniques (fig.2a,b).


Dans des conditions de rigidité élevée de l’attache, le maillon faible de l’assemblage, indispensable à la dépose sans risque sur l’émail, est recherché dans le système de collage qui doit avoir une faible cohésion. Le CVIMAR est recommandé dans ces conditions.

La technique de dépose des attaches


Tout orthodontiste averti est conscient que dans un souci de respect de l’intégrité de l’émail et pour éviter tout risque de fissures, d’arrachements microscopiques ou macroscopiques de l’émail, la dépose des attaches orthodontiques doit se faire par sollicitation et rupture de l’interface colle/attache. Toute la colle doit rester sur l’émail, elle est éliminée dans un second temps grâce à une procédure de nettoyage rigoureuse et à l’aide d’instruments adaptés (fig.3).

[gallery link= »file » columns= »1″ ids= »32037, 32038…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...
ODF

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la contention en cas de parodontite

Les parodontites sont des pathologies d’origine bactérienne, aggravées par de nombreux facteurs (tabac, génétique, hygiène…) [1] et conduisant à une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Approches multiples et variées pour contenir l’espace des incisives latérales absentes

Paramètres particuliers à prendre en compte Voici quelques aspects importants de la contention dans les cas d’agénésie des incisives latérales...