Risque implantaire et type facial

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°5 - 15 décembre 2016 (page 14-16)
Information dentaire
Comme pour la chirurgie orthognathique, il est habituel de dire que l’implant support de prothèse est contre-indiqué avant la fin de la croissance ; mais, pour autant, peut-on implanter librement une fois cette échéance atteinte chez l’adulte ?

La croissance de la face
La croissance faciale, phénomène complexe d’un point de vue explicatif et descriptif, a une longue évolution qui construit un ensemble anatomo-physiologique dont les différentes régions exercent des influences réciproques les unes sur les autres au cours de l’ontogenèse. Ces influences peuvent se prolonger à l’âge adulte.
Moss, Bjørk et Enlow, avec des abords différents, et en lui attribuant des facteurs responsables divers, décrivent la croissance faciale comme le résultat d’un conflit entre ces deux acteurs que sont les constituants squelettiques et non-squelettiques (matriciels).
La dynamique de cette croissance faciale (rotations postérieure et antérieure de Bjørk) construit un schéma morphologique dont les formes extrêmes sont les types faciaux hyper ou hypodivergents (Schudy), openbite ou deebite (Sassouni), dolicho ou brachyfaciaux (Ricketts), ou encore les syndromes de face longue ou de face courte (Opdebeeck) qui sont associés pour leurs formes les plus accusées aux types matriciels gracile ou robuste.

A une époque où la notion d’ostéointégration implantaire était inconnue en dentisterie restauratrice, Bjørk avait défini la notion d’ « os vivant » en utilisant des implants endo-osseux comme marqueurs de la permanence du squelette et en considérant que tous les déplacements provoqués par les modelages périostés et suturaux ou par la croissance cartilagineuse aux frontières matricielles de chaque unité squelettique témoignent de la vie de cet os par des changements de forme et de taille qui accompagnent la croissance. Cette notion d’os vivant est parfaitement complémentaire et corollaire du concept si actuel d’ostéointégration.

La dent et l’implant
Le système dentaire est la matrice fonctionnelle de l’os alvéolaire qui naît, vit et disparaît avec elle. La fonction matricielle de la dent peut s’exercer parce qu’elle est parodontalement-portée. La frontière matrice-squelette…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...
ODF

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la contention en cas de parodontite

Les parodontites sont des pathologies d’origine bactérienne, aggravées par de nombreux facteurs (tabac, génétique, hygiène…) [1] et conduisant à une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Approches multiples et variées pour contenir l’espace des incisives latérales absentes

Paramètres particuliers à prendre en compte Voici quelques aspects importants de la contention dans les cas d’agénésie des incisives latérales...