Syndrome d’apnées obstructives du sommeil et chirurgie

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°3 - 22 janvier 2020
Information dentaire
Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) est une maladie chronique caractérisée par la répétition d’un collapsus pharyngé nocturne provoquant une détérioration de la qualité de sommeil et une augmentation du risque cardio-vasculaire. Sa prise en charge par le port nocturne d’une ventilation en pression positive continue (PPC) est toujours mécaniquement efficace mais est contraignante et pas toujours bien tolérée. L’alternative thérapeutique par orthèse d’avancée mandibulaire (OAM) est souvent mieux acceptée et est efficace chez 2 patients sur 3 [1, 2]. Mais l’orthèse reste un traitement palliatif créant une contrainte quotidienne et les forces exercées sur la denture peuvent entraîner des conséquences dentaires, particulièrement si son port est régulier [3]. L’abandon à long terme reste, tout comme pour la PPC, une éventualité non négligeable. Pour répondre à une demande de correction curative du SAOS, différentes solutions chirurgicales ont été proposées. L’enjeu est de s’affranchir de l’inconfort du masque, d’éviter les effets indésirables de l’OAM et de supprimer les problématiques d’observance liées à un traitement palliatif.

Tous les patients souffrant de SAOS ne peuvent bénéficier d’une solution chirurgicale ; une sélection rigoureuse est nécessaire afin d’obtenir un résultat efficace et durable à long terme [4]. La chirurgie est le plus souvent adaptée à l’existence d’un obstacle anatomique sur les voies aériennes.
La décision doit être partagée avec le patient après lui avoir présenté toutes les options thérapeutiques, leurs avantages mais aussi leurs taux de succès, leurs possibles effets secondaires ou complications et leurs inconvénients. Plus le sujet est jeune, plus la balance bénéfice/risque est en faveur d’une correction chirurgicale, car définitive.

On peut distinguer plusieurs principes de solutions chirurgicales : les chirurgies des tissus mous avec un objectif de désobstruction pharyngée, les chirurgies squelettiques favorisant l’élargissement du calibre pharyngé et, plus récemment, les chirurgies réalisant l’implantation d’un stimulateur électrique du nerf hypoglosse visant à augmenter le tonus musculaire lingual.

L’objectif de cet article est de décrire ces différentes options chirurgicales actuellement validées, mais aussi d’apprendre à reconnaître les phénotypes, ou catégories de patients qui peuvent en bénéficier [5].

Bilan ORL-Maxillo-facial

Avant d’envisager cette chirurgie, il est nécessaire de valider le diagnostic de SAOS par un enregistrement complet objectivant sa sévérité.
Le bilan ORL-Maxillo-Facial est ensuite nécessaire pour la recherche d’un site obstructif et l’évaluation de la morphologie du pharynx et du squelette facial.

Bilan morphologique

La diminution du calibre pharyngé par hypertrophie des tissus mous peut être à l’origine de son collapsus au cours du sommeil. Cette hypertrophie peut être musculaire essentiellement au niveau de la base de langue et du voile du palais.
Elle est souvent aussi associée à une surcharge pondérale à l’origine d’une infiltration…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Chirurgie orale

Je t’aime moi non plus… Une page d’histoire de la chirurgie orale a débuté il y a 100 ans

Il y a 100 ans, les premières écoles dentaires existaient déjà à Paris et dans certaines villes de province. Le...
Chirurgie orale

Chirurgie du lambeau lingual

Rapports de la muqueuse alvéolaire linguale avec le plancher buccal et la loge sublinguale Le plancher buccal isole deux régions...
Chirurgie orale

Allogreffes et autogreffes en chirurgie buccale

Allogreffes et reconstructions de crête à but préimplantaire Nous avons étudié 100 greffes d’origine allogénique à but préimplantaire réalisées au...
Chirurgie orale

Allogreffes et autogreffes en chirurgie buccale

Dans cet article, nous nous intéressons aux indications des allogreffes en chirurgie buccale, en particulier après l’exérèse de kystes des...