Thérapeutiques d’éducation fonctionnelle : le rôle de l’assistante

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire (page 18-22)
Information dentaire
L’Orthopédie Dento-Faciale a pour but de restaurer une occlusion équilibrée, fonctionnelle et stable dans un cadre esthétique optimal.
La prise en charge des malocclusions passent donc par des approches mécaniques (orthopédie et/ou orthodontie), fonctionnelles (prise en charge des dysfonctions oro-faciales) et psychologiques.

Depuis Moss et sa théorie sur les matrices fonctionnelles, il est admis que les structures cranio-faciales sont influencées dans leur développement par le patrimoine génétique mais aussi par leur environnement musculaire et les fonctions. Ainsi, les dents et leur structure osseuse sont en équilibre entre des groupes musculaires antagonistes et symétriques : on parle de « couloir neutre » de Château quand ces forces musculaires sont équilibrées.

Les fonctions orofaciales de déglutition, ventilation, mastication sont souvent perturbées (on parle de dysfonctions) au cours des malocclusions dentaires. A ces problèmes physiologiques peuvent s’ajouter des parafonctions, la plus connue étant la succion digitale, qui compliquent le tableau clinique et nécessitent une prise en charge précoce afin d’interrompre le processus de déformation dento-squelettique.

Place de l’éducation fonctionnelle dans le plan de traitement
Lors de son examen clinique, l’orthodontiste examine donc attentivement le schéma fonctionnel de son patient en observant le comportement lingual (au repos et à la déglutition), le mode de ventilation du patient (oral, nasal ou mixte), le cycle masticatoire et les articulations temporomandibulaires et en testant la tonicité musculaire (hypo ou hypertonie).
Si le diagnostic de dysfonctions est posé, alors le plan de traitement comportera un volet de rééducation fonctionnelle. Cette dernière consiste à interposer des dispositifs modifiant les fonctions afin de les normaliser, ces dispositifs pouvant être accompagnés ou non d’exercice. Ce type de traitement est plutôt destiné à l’enfant jeune en pleine croissance et capable de coopérer, l’âge idéal étant de 7 à 12 ans. Il peut néanmoins être entrepris chez l’adolescent et l’adulte mais les résultats et la coopération peuvent s’avérer plus aléatoire.

En thérapeutique bioprogressive, il existe 3 niveaux de procédures d’éducation fonctionnelle en fonction…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Troubles des conduites alimentaires : incidences sur la prise en charge orthodontique

Les différents troubles du comportement alimentaire Le DSM V définit six groupes de pathologies que l’on peut définir brièvement de...
ODF

Article réservé à nos abonnés La dysmorphophobie chez l’adolescent et les conséquences en orthopédie dento-faciale

Nous n’aborderons ici que la « demande » de traitement chez l’adolescent dans sa dimension esthétique. Les indications et les bénéfices fonctionnels...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...