Thérapeutiques restauratrices versus implantologie. Retardons l’avulsion tant que possible.

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°15 - 14 avril 2021 (page 22-26)
Information dentaire

Depuis plusieurs décennies, l’implantologie prend une place de plus en plus importante dans nos décisions thérapeutiques. Les taux de survies implantaires avoisinent 95 % sur une période de dix ans, rendant ainsi cette technique séduisante. Derrière ces chiffres se cache cependant une autre réalité, les complications implantaires entraînant un taux de succès nettement plus faible [1]. De plus, une étude de 2014 [2] compare les taux de survie implantaire et ceux des dents traitées endodontiquement : 73,5/93,5 % contre 87/98 %. On comprend donc l’intérêt de repousser l’implantologie tant que possible [3], en particulier chez le patient jeune.

Coordination : Aude Ménard, Adrien Lastrade

Cas clinique

Une patiente de 41 ans se présente en urgence pour le descellement de couronnes solidarisées 23/24/25. À l’examen clinique, on note des piliers dentaires avec une faible hauteur coronaire, des lésions carieuses et une préparation intracanalaire invasive (fig. 1a-b). La 26 présente une mobilité de type 3, une égression, une exposition de la furcation et, après examen radiologique, une importante et ancienne perforation du plancher pulpaire. Radiologiquement, les traitements endodontiques sont insuffisants (fig. 2) et les dents 24/25 présentent une image apicale radio-claire.

Réflexion thérapeutique globale

Devant cette situation clinique, trois solutions thérapeutiques s’offrent à nous :

  • l’extraction et le remplacement par une prothèse amovible partielle. Cette solution n’est pas retenue car refusée par la patiente ;
  • l’extraction et le remplacement par des prothèses implantaires. Solution non retenue également, pour des raisons financières. La pose d’une seule prothèse implantaire pourrait être envisageable ;
  • conservation des dents avec des allongements coronaires, retraitements endodontiques et restaurations par prothèses fixées de 23-24-25, ainsi que l’avulsion de 26 non conservable.

Cette dernière solution, qui sera retenue, permet :

  • la conservation de 3 organes dentaires sur l’arcade [4] ;
  • de retarder en envisageant dans le moyen/long terme, l’implantologie ;
  • de diminuer le temps et le coût du traitement ; permettant le futur remplacement de 26 par une prothèse implantaire.

Après explication des bénéfices/risques à la patiente, la dernière solution est retenue. Cette thérapeutique reste cependant un compromis avec pour risque principal la fracture des piliers dentaires, qui entraînerait l’extraction et le choix parmi les deux premières solutions thérapeutiques.

Étapes cliniques

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés La logique implantaire revisitée : le concept de muco-intégration

Historiquement, une attention limitée était prêtée au pilier intermédiaire. Son rôle se résumait à l’assemblage de la prothèse et de...
Implantologie Prothèse

Article réservé à nos abonnés Les conséquences du non-remplacement des dents extraites ou absentes

Causes de l’absence dentaire [3, 4] Il existe plusieurs explications à l’absence d’une ou plusieurs dents sur l’arcade : l’agénésie...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés L’implantoplastie pour le traitement des péri-implantites : revue systématique de la littérature. Partie 1

Résumé Objectifs > La péri-implantite, pathologie d’origine bactérienne, affecte 20 % des implants et 10 % des patients. Il n’existe pas de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Implantation immédiate unitaire et gestion d’un défaut osseux vestibulaire

Cet article décrit une technique combinant implantation immédiate, régénération osseuse guidée (ROG), greffe de conjonctif enfouie (GCE) par tunnel modifié...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Ti-base : que coller dessus ? pour quelles indications ? Partie 2 – Technique de laboratoire

Conception prothétique sans Ti-base Deux configurations sont possibles en connexion direct implant en zircone. 1. Situation implantaire juxta-gingivale à connexion...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Ti-base : que coller dessus ? pour quelles indications ? Partie 1 – Historique

Plusieurs points ont une importance majeure pour bien choisir le matériau à coller sur un élément Ti-base : la position...