Traitement des leucomes apparus lors des thérapeutiques orthodontiques fixes

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°1 - 15 février 2017 (page 29-33)
Information dentaire

Présentation de la technique d’érosion-infiltration à l’ICON®

Bien que les dispositifs multi-attaches constituent actuellement une entrave à l’hygiène bucco-dentaire beaucoup moins importante que par le passé, ils demeurent en cas de défaillance de celle-ci un facteur d’apparition de lésions iatrogènes de l’émail appelées lésions opaques blanches ou leucomes.
Ce sont des hypominéralisations postéruptives de l’émail caractérisées par un élargissement des porosités amélaires. La structure cristalline est amoindrie mais présente. C’est un véritable échafaudage qui persiste malgré un stade plus ou moins avancé de dissolution minérale. Les leucomes sont décelables à l’œil nu si le corps de la lésion présente un déficit minéral de 10 % par rapport à l’émail sain. Ce déficit peut atteindre les 40 % à un stade avancé [1].
Il s’agit de l’effet iatrogène le plus fréquent des appareils orthodontiques fixes [2]. Selon les études, sa fréquence est comprise entre 2 et 97 % [2-5] et les lésions peuvent apparaître dès la 4e semaine de traitement [3]. Elles touchent le tiers cervical ou médian des faces vestibulaires des dents, autour des boîtiers orthodontiques. Les dents les plus concernées par ce type de lésion sont les incisives latérales maxillaires, suivies par les canines maxillaires, puis les canines mandibulaires. Les secteurs maxillaires sont 2,5 fois plus atteints que les secteurs mandibulaires [6].

Evolution des leucomes après dépose de l’appareil multi-attaches

L’émail, devenu plus poreux suite à la déminéralisation, absorbe les colorants alimentaires créant ainsi des taches disgracieuses. Leur devenir après la dépose de l’appareil dépend de l’ampleur de la lésion initiale.
Dans son étude, Øgaard a démontré une persistance de 25 % pour les taches les plus sévères, et une régression de 75 % pour les taches de plus petite taille. Cette régression serait liée à l’abrasion de surface engendrée par le brossage [7].
Selon Willmot, la taille…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...
ODF

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la contention en cas de parodontite

Les parodontites sont des pathologies d’origine bactérienne, aggravées par de nombreux facteurs (tabac, génétique, hygiène…) [1] et conduisant à une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Approches multiples et variées pour contenir l’espace des incisives latérales absentes

Paramètres particuliers à prendre en compte Voici quelques aspects importants de la contention dans les cas d’agénésie des incisives latérales...