Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°3 - 15 juin 2022 (page 42-46)
Information dentaire

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez l’adulte [2-4] et se traduisent par un taux élevé de récidive, allant de 25 % à 60 % [5, 6]. Aujourd’hui, en alternative à la chirurgie orthognathique reconnue comme le « gold-standard » [7], l’ingression molaire à l’aide d’ancrages osseux type minivis ou miniplaques a connu un essor, et est de plus en plus préconisée. Elle permet une projection en haut et en avant du menton par autorotation mandibulaire antihoraire et la fermeture de l’infraclusie antérieure [7-13] (fig. 2), ce qui peut garantir plus d’efficacité et une meilleure gestion des effets secondaires [14].

Quelles sont les indications des miniplaques d’ingression ?

Les miniplaques d’ingression pourraient, dans certains cas, être préférées aux minivis, si l’espace interradiculaire est réduit. Elles peuvent être insérées loin des dents, évitant ainsi des dommages radiculaires et des interférences dans le mouvement des dents grâce à leur transfixation mono-corticale solide (trois vis minimum), à distance des organes dentaires, des crêtes alvéolaires et des structures anatomiques à risque [7, 15, 16]. Certaines études montrent que la quantité d’ingression obtenue avec les miniplaques est plus importante comparée aux vis [12, 10, 17-20]. Il est à noter que les hyperdivergents avec une rotation postérieure du plan mandibulaire ont une corticale vestibulaire très fine liée à la proximité sinusale dans la zone molaire maxillaire [21], d’où un risque plus important d’échec (mobilité ou perte de minivis) par manque de stabilité primaire [22]. L’utilisation des minivis de plus grand diamètre pour maximiser l’ancrage ou de miniplaques infrazygomatiques pour s’éloigner des sinus est…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...
ODF

Article réservé à nos abonnés Apparition d’une béance unilatérale chez l’adulte

Cas clinique ► Un patient âgé de 23 ans est adressé à l’unité d’Occlusodontologie et de Réhabilitation de l’appareil manducateur...