Traiter, retraiter endodontiquement, pour implanter

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°21 - 27 mai 2020

1a. Fistule mentonnière à la peau.

Information dentaire

En présence d’une dent infectée, condamnée, vouée à l’extraction par perte partielle de son support parodontal ou qui, mécaniquement, ne résisterait pasà la mastication, un traitement ou retraitement endodontique, mené dans des règles strictes, peut être intéressant pour obtenir une régénération osseuse « naturelle » par élimination des foyers infectieux dans le but de poser un implant et obtenir une ostéointégration.

Indications des traitements et retraitements endodontiques

Les principales pathologies endodontiques ont une étiologie bactérienne : le plus souvent, le point de départ est une lésion carieuse coronaire qui, sans traitement, évoluera en direction pulpaire et libérera des bactéries et leurs toxines. Ces agents infectieux envahissent l’espace endodontique, entraînant la nécrose pulpaire et ses complications périapicales : les lésions inflammatoires d’origine endodontique (LIPOE). Le système immunitaire de l’hôte empêche heureusement la diffusion de ces agents infectieux au niveau général, mais des lésions apicales granulomateuses ou kystiques vont se développer aux dépens du parodonte apical, avec tout un cortège de signes cliniques et radiographiques signant le caractère chronique ou aigu de ces lésions. C’est l’apparition de la parodontite apicale [1]. C’est alors qu’un traitement endodontique de première intention peut être mis en œuvre dès les premiers signes de pulpite aiguë ou de nécrose pulpaire avec ou sans complication. Les objectifs de ce traitement visent à éliminer le tissu pulpaire inflammatoire ou infecté, à désinfecter l’ensemble du réseau canalaire afin de permettre une guérison et une cicatrisation apicale [2]. Malheureusement, si ce traitement n’est pas conduit dans les règles d’asepsie stricte (digue, solutions d’irrigation antibactériennes) et de respect des procédures de mise en forme canalaire et d’obturation canalaire, des échecs sont constatés. Viennent ainsi se greffer des pathologies d’origine iatrogène. Si l’obturation coronaire n’est pas étanche, des infiltrations bactériennes secondaires vont se produire, venant complexifier la composition de la flore déjà présente à l’intérieur de l’endodonte [3]. Les bactéries, anaérobies strictes en profondeur, virulentes, pourront alors survivre et se multiplier à l’abri, dans l’endodonte, avec présence de nutriments.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Endodontie

Article réservé à nos abonnés La gestion clinique du microbiote intracanalaire dans les pathologies endodontiques

La préparation chimio-mécanique Lors de la préparation endodontique, les instruments vident et mettent en forme les canaux. Il en résulte...
Endodontie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Les lésions endo-parodontales. Évolution des classifications et complémentarité des approches thérapeutiques

Voies de communication endo-parodontales Sur le plan embryologique, les voies de communication s’expliquent par le fait que lors du développement...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Reprise de traitements prothétiques

1 – Quelle est la pérennité des couronnes prothétiques unitaires ? 2 – Quelle technique adopter pour déposer une couronne...
Endodontie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Douleurs endodontiques et parodontales

Les douleurs dentaires résultent le plus souvent de l’infection de l’endodonte ou/et du parodonte par des bactéries, conséquence logique de...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Le rôle de l’assistant(e) dentaire en endodontie

Principes de bases et place au cabinet dentaire Le traitement endodontique a pour objectif de traiter les maladies de la...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Les coups de coeur de Stéphane Simon

Conserver coûte que coûte grâce à la tolérance de la biologie Une hirondelle ne fait pas le printemps. Néanmoins, quand elle...