Transfert des données occlusales au laboratoire

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°2 - 15 avril 2020 (page 140-146)
Information dentaire
  1. Quelles sont les données occlusales à transmettre en cas de reconstruction des arcades dentaires ?
  2. Quand transférer ces données occlusales ?
  3. Comment peut-on transmettre ces données au laboratoire ?

    Avec la multiplication des restaurations esthétiques antérieures, et notamment les restaurations globales bimaxillaires des pertes de substance dentaire dues à l’usure, se pose de plus en plus souvent la question de l’augmentation de la dimension verticale d’occlusion (DVO). Selon la littérature, tels les travaux de Palla [1] puis Abduo [2], ces modifications de DVO sont en général bien tolérées. En revanche, il existe des règles, rappelées par Orthlieb [3], à respecter pour réduire le risque d’échec au minimum.

    Il est bien sûr indispensable de transmettre au prothésiste, technicien de laboratoire toutes les données cliniques nécessaires à son travail, dont les données occlusales. Ce transfert doit se faire au stade du diagnostic pour établir le plan de traitement, ainsi que tout au long du traitement.

    Au stade du diagnostic

    À ce stade, le transfert va se faire à l’aide d’empreintes et du montage des modèles d’étude sur articulateur. Dans les cas où l’on envisage de modifier la dimension verticale d’occlusion, il est évident de réaliser un montage le plus proche de la réalité clinique. C’est pourquoi le positionnement du modèle maxillaire sera effectué grâce à un arc facial de transfert, avec une référence la plus proche possible de l’axe charnière (fig. 1).

    Il semble admis que dans la plupart des cas, l’arc facial conventionnel avec une localisation arbitraire de l’axe charnière offre une précision suffisante et une manipulation simple [4-6]. Le modèle mandibulaire sera monté sur l’articulateur en position de relation centrée (RC). Il peut être extrêmement intéressant de prévoir un système de validation de l’enregistrement de cette RC ainsi que du montage en articulateur (double base engrenée, réalisation de trois cires d’enregistrement et relevé photographique en bouche des contacts en RC) (fig. 2 à 5) [7].

    En outre, il est indispensable, dans ces traitements complexes où l’on…

    Cet article est réservé aux abonnés.
    Pour lire la suite :

    Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
    Mot de passe
    oublié ?

    Vous pouvez également :

    Acheter l'article En version numérique
    Acheter le numéro À l'unité

    Thèmes abordés

    Sur le même sujet

    Occlusodontologie

    Article réservé à nos abonnés Équilibration occlusale raisonnée de la prothèse sur implant

    Dans notre pratique quotidienne, il est habituel de remarquer des prothèses sur implant(s), unitaires (fig. 1) ou de petite étendue (fig. 2),...
    Occlusodontologie

    Article réservé à nos abonnés Les papiers marqueurs de l’occlusion (Partie 1)

    Généralement regroupés sous le terme de papiers à articuler, de nombreux distributeurs produisent des papiers marqueurs d’occlusion de différentes épaisseurs,...
    CFAO Occlusodontologie

    Article réservé à nos abonnés Nouveaux formats pédagogiques en occlusodontologie grâce à l’outil Modjaw®

    Avec les récents progrès technologiques, les méthodes pédagogiques tendent à évoluer pour répondre aux demandes des étudiants et de la...
    Occlusodontologie

    Article réservé à nos abonnés Gestion de la DVO et restaurations implantaires de grande étendue : démarche thérapeutique

    Le traitement de l’édenté total constitue, de nos jours, un enjeu majeur de notre profession. Avec le vieillissement de la...
    Occlusodontologie

    Article réservé à nos abonnés Gestion occlusale des restaurations postérieures collées dans le cadre des traitements de l’usure

    La restauration des secteurs postérieurs de la cavité buccale par des pièces indirectes de type overlays est une alternative moderne...
    Occlusodontologie

    Article réservé à nos abonnés Modifier la DVO : pourquoi, quand, comment ?

    La dimension verticale d’occlusion (DVO) est la hauteur de l’étage inférieur de la face mesurée entre deux repères (par exemple...