Tumeurs sur la demi-muqueuse labiale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°14 - 10 avril 2019
Information dentaire
La demi-muqueuse labiale (vermillon ou zone de Klein) peut être le siège de lésions spécifiques en raison de sa constitution particulière et de son exposition aux rayons ultraviolets et éventuellement au tabac. Toutefois, on peut observer sur la demi-muqueuse buccale des lésions que l’on rencontre habituellement sur la muqueuse buccale, mais leur aspect clinique peut être différent.

Cas 1

Motif de la consultation. Patiente de 35 ans qui avait une tumeur labiale saignant au moindre contact, voire spontanément.

Histoire de la maladie. Depuis 4 semaines, la patiente présentait une tumeur labiale inférieure qui s’était développée rapidement sur une demi-muqueuse apparemment saine.

Interrogatoire. La patiente était enceinte, à 2 semaines du terme d’une grossesse qui s’était déroulée normalement. Dans les antécédents médicaux, on retrouvait la notion d’allergie à certains aliments et aux pollens, traitée à la demande par un antihistaminique (Zyrtec®) et du solbutamol (Ventoline®). La tumeur labiale était apparue 4 semaines auparavant et avait eu une croissance assez rapide pour atteindre en 2 semaines la taille actuelle. Dès son apparition, elle avait été à l’origine de saignements. Peu fréquents et facilement contrôlés au début, leur fréquence n’a pas cessé d’augmenter tandis qu’ils devenaient de plus en plus difficiles à contrôler.

Examen clinique. Une tumeur charnue, sessile, arrondie, de 6 mm de diamètre, siégeant sur la demi-muqueuse labiale inférieure, à 1 cm de la commissure gauche, était observée. Elle saignait effectivement au moindre contact. De l’acide trichloracétique a été appliqué, dans l’optique de surseoir à l’exérèse jusqu’à la fin de la grossesse. La cautérisation n’a pas permis d’arrêter les saignements et nous avons dû nous résoudre à réaliser l’exérèse sans délai.

Examen paraclinique. L’examen histopathologique a montré que la lésion était constituée par un nodule, siège d’une large ulcération tapissée par un épais enduit fibrino-leucocytaire. Le fond de l’ulcération était constitué par un tissu conjonctif plus ou moins lâche, contenant de nombreux capillaires dont certains étaient verticalisés et entourés par un infiltrat inflammatoire clairsemé, composé de lymphocytes, de plasmocytes et de polynucléaires…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Chéilites exfoliatives chroniques

Les chéilites exfoliatives sont un motif de consultation en raison de leur caractère affichant, plus ou moins douloureux. Ce sont...
Dermatologie buccale

Méfiez-vous des kératoses idiopathiques !

Cas 1 Motif de la consultation. Patiente de 31 ans venue consulter après la découverte, lors de soins d’hygiène bucco-dentaire, d’une...
Dermatologie buccale

Lésions lichénoïdes induites

Les lésions lichénoïdes induites sont des lésions qui simulent, sur le plan clinique ou histopathologique, un lichen plan, mais qui...
Dermatologie buccale

Pour les lèvres : maîtriser la technique d’injection

Certaines patientes souhaitent donner un peu plus de volume à leurs lèvres ou effacer les rides d’amertume en réalisant des...
Dermatologie buccale Odontologie pédiatrique

Tumeurs de la petite enfance

Cas 1 Motif de la consultation Enfant de 2 ans, adressé pour une tumeur linguale apparue en quelques semaines. Histoire...
Dermatologie buccale

« Boule » sublinguale : la conduite à tenir

1. Quel est le diagnostic le plus probable ?a. Kyste dermoïdeb. Lymphangiomec. Kyste mucoïded. Abcès du plancher buccal d’origine dentairee. Lipome 2....