Un lichen peut en cacher un autre !

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°44 - 14 décembre 2022 (page 21-23)
Information dentaire
Le lichen plan oral est une maladie auto-inflammatoire de la muqueuse buccale. Il s’agit d’une des pathologies de la muqueuse buccale les plus fréquentes. Dans sa forme quiescente, il se manifeste typiquement par un réseau kératosique qui siège fréquemment sur les joues. Les formes plus inflammatoires associent fréquemment des lésions kératinisées à un érythème, une ulcération et beaucoup plus rarement des bulles. En vieillissant, le lichen plan évolue vers des formes kératinisées en plaques ou des formes scléro-atrophiques. Des formes scléreuses de lichen peuvent s’observer d’emblée sur la muqueuse buccale mais sont plus rares qu’au niveau génital.

Cas 1

Motif de la consultation

Patiente de 55 ans, qui a consulté pour une lésion blanche de la lèvre inférieure.

Histoire de la maladie

  • La patiente a remarqué depuis environ 3 mois la présence d’une modification de couleur d’une partie de la muqueuse de sa lèvre inférieure.

Interrogatoire

  • Il ne révélait pas d’antécédent notable. La patiente déclarait avoir perçu une sensation de picotement de sa lèvre inférieure à droite avec une sensation de perte d’élasticité qui l’a conduite à examiner sa lèvre qui avait une couleur blanchâtre, ce qui l’a inquiétée.

Examen clinique

  • On observait au niveau de la muqueuse labiale une plageblanche plus ou moins visible qui s’étendait du bord vermillon jusqu’au sillon gingivo-jugal en regard des dents 33-34-35. La palpation révélait une perte d’élasticité de la muqueuse dans la zone blanche en comparaison de la muqueuse adjacente d’aspect rosé.

Examens paracliniques

  • Une biopsie a été réalisée. Elle a révélé un épithélium rectiligne, atrophique, surmonté d’une fine couche de parakératose. Une large bande fibreuse hyaline sous épithéliale occupait le tissu conjonctif et un infiltrat inflammatoire lympho-plasmocytaire était disposé sous la bande fibreuse.

Synthèse

  • L’examen anatomopathologique a permis de confirmer le diagnostic de LICHEN SCLéREUX DE LA LèVRE. Il s’agit d’un diagnostic rare au niveau de la muqueuse buccale et peu de données concernant l’évolution de ce type de lichen sont disponibles dans la littérature. En revanche, sur la muqueuse génitale, le risque de transformation maligne est bien documenté avec 3 à 5 % de transformation maligne. Le traitement a consisté, en première intention, en une application matin et soir d’une crème de clobétasol sans véritable efficacité après 2 mois de traitement. En deuxième intention, deux injections sous-lésionnelles de 40…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Méfions-nous d’une gingivite rebelle au traitement parodontal !

Situation clinique Anamnèse. Un patient âgé de 57 ans, sans antécédent médical, non fumeur, non médiqué et se disant en...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Des tumeurs bénignes de la muqueuse buccale

Cas 1 Motif de la consultation Patient de 60 ans, qui a consulté sur les conseils de son médecin traitant pour...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions lichénoïdes induites : syndromiques ou médicamenteuses ?

Cas 1 Motif de la consultation Patient adressé par son médecin interniste pour avis et prise en charge d’une lésion...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Carcinomes épidermoïdes sans facteurs carcinogènes ?

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 57 ans ayant consulté sur les conseils de son chirurgien-dentiste pour une ulcération...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Ne passons pas à côté d’une hémopathie maligne !

Situation clinique Anamnèse Une patiente âgée de 75 ans consulte en urgence pour un deuxième avis. Elle ressentait depuis plusieurs jours...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions palatines d’allure tumorale

CAS 1 Motif de la consultation Patient adressé par son chirurgien-dentiste pour avis et prise en charge d’une lésion palatine présente...