Un SSA (Sealing Socket Abutment) nouvelle génération, le SSASB

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°1 - 15 février 2022 (page 44-53)

1. Scanbody en place pendant la phase chirurgicale.

Information dentaire
– Peut-on encore améliorer la technique biomimétique du SSA en la rendant numérique ?
– Peut-on transmettre le profil d’émergence, guidé par le SSA, de façon fiable et numérique dès la phase chirurgicale ?
– Quelles sont les exigences d’un corps de scannage (scanbody) qui voudrait transmettre toutes les informations de profil d’émergence, d’indexation et de positionnement de l’implant en une seule étape ?

Grâce au numérique, il est désormais possible de réaliser l’empreinte optique le jour de la chirurgie implantaire et dans la même séance à l’aide d’un corps de scannage (« scanbody » ou encore « scanmarker ») (fig. 1). Une fois l’ostéointégration obtenue, lors de la phase prothétique, une empreinte physique ou optique est réalisée pour confirmer le bon positionnement de l’implant par rapport au jour de la chirurgie et constater un éventuel déplacement des dents adjacentes et antagonistes. Cette procédure se révèle intéressante pour le laboratoire de prothèse et, surtout, pour les correspondants omnipraticiens. Ces derniers adressent en effet un patient au praticien implantologue qui, lui, ne réalise pas la phase prothétique supra-implantaire. Cette dernière est réalisée 6 à 12 semaines après la pose de l’implant par l’omnipraticien. Notons que la position tridimensionnelle de l’implant (position et indexation) ne varie pas : seuls des mouvements interarcades et intra-arcade seront objectivés par l’empreinte. L’omnipraticien n’a plus qu’à réaliser une empreinte (optique, conventionnelle en silicone ou même en alginate) pour enregistrer ces mouvements sans dévisser la vis de cicatrisation.

Pourquoi est-il bénéfique d’éviter les multiples mises en place et déposes de cette vis ? [1]

Si les aspects mécaniques de torque et de force exercés sur le pas de vis interne de l’implant doivent être pris en compte, nous partons du constat que cette phase transitoire respecte les forces conseillées par les fabricants. De ce fait, nous considérerons uniquement les aspects biologiques.

La vis de cicatrisation présente, de par sa composition généralement en titane, une muco-intégration. Son dévissage, par exemple lors de l’empreinte pour la prothèse implanto-portée, laisse souvent observer des micro-saignements dus à l’arrachement des fibres de l’attache conjonctive péri-implantaire (fig. 2).

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés L’empreinte optique en implantologie

Quelles sont les empreintes nécessaires pour avoir un fichier complet ? Pour enregistrer la position d’un implant, il va falloir...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Le défi de l’implant sous-sinusien

Responsable scientifique : Julien Mourlaas Intervenants : Frédéric Chamieh, Alexandre Dagba Proposée initialement par Tatum en 1977, reprise par Boyne...
Implantologie Implantologie prothétique Prothèse

Article réservé à nos abonnés Ma première prothèse sur implant

Responsable scientifique : Anne Benhamou Intervenante : Laurine Birault La prothèse sur implants constitue une solution thérapeutique fiable, présentant des...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Traitement d’une péri-implantite et son suivi : est-ce réellement aussi simple ?

Le patient 54 ans Parodontite traitée en 2015 stabilisée, puis plusieurs épisodes d’activation sur les dernières années Prise en charge...