Une enquête par questionnaire dans un département français

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 16-20)
Information dentaire
Cet article présente les résultats d’une étude descriptive réalisée en Côté d’Or, dans le but d’étudier la prise en charge bucco-dentaire des enfants et les facteurs susceptibles de l’influencer.

Une récente revue systématique de la littérature a permis de constater qu’au moins 24 % des dents temporaires affectées par des lésions carieuses cavitaires n’étaient pas traitées en France, alors qu’à l’échelle mondiale, cette prévalence est de l’ordre de 9 % [1] (fig. 1, 2). Selon la nouvelle approche de la maladie carieuse, ces besoins en soins sont par ailleurs sous-évalués, car les lésions non cavitaires doivent désormais être prises en charge par des traitements non invasifs, multipliant ainsi par deux les besoins en soins des enfants [2]. Ce déficit de traitements des dents temporaires, néfaste pour l’avenir bucco-dentaire des jeunes Français concernés (encadré 1), nous a amenés à nous interroger sur la prise en charge bucco-dentaire actuelle des enfants.
Ainsi, nous avons réalisé une étude descriptive au sein d’un département français, dont la méthodologie est indiquée dans l’encadré 2. Elle avait pour objectif de déterminer la prise en charge des patients en odontologie pédiatrique en Côte d’Or (région Bourgogne-Franche-Comté) et les éléments qui pouvaient l’influencer.

Résultats

Cent soixante-dix praticiens (59 %) des chirurgiens-­dentistes ont répondu au questionnaire. D’un âge moyen de 47 ± 12 ans, les hommes (60 %) étaient significativement plus âgés (49 ± 12) que les femmes (43 ± 12) (p = 0,002). Cinquante-neuf pourcents exerçaient dans l’une des deux villes de plus de 20 000 habitants (Dijon, Beaune). Les facultés d’origine les plus représentées étaient Lyon (22 %), Nancy (19 %), Clermont-Ferrand (16 %) et Strasbourg (14 %). Douze pourcents étaient salariés (dont 10 % avec une activité mixte) et les autres libéraux. La majorité des répondants étaient satisfaits de leur formation initiale théorique (81 %) et clinique en odontologie pédiatrique (74 %).

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Bridge collé cantilever : pour une optimisation muco-gingivale de l’intégration esthétique

Le bridge collé cantilever représente une thérapeutique de choix dans le cadre de la prise en charge de l’édentement unitaire...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés La prophylaxie dentaire individuelle. Facile et accessible

Plus d’un an après les premiers confinements, les praticiens font face aux conséquences de la pandémie de Covid-19 sur la...