Une technique d’attelle collée fondée sur les technologies CAD-CAM : le Memotain®

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 30 avril 2018
Information dentaire
Les attelles positionnées antérieurement sur les faces linguales maxillaires et mandibulaires ne doivent pas bloquer la mise en occlusion post-thérapeutique, sont permanentes et parfaitement esthétiques. Cependant, elles rendent l’hygiène plus délicate, et leur encombrement peut gêner le patient et entraîner un risque de fracture. La technique Memotain® permet de minimiser ces inconvénients.

Créées en 2012 par le Dr Pascal Schumacher, orthodontiste allemand, les attelles Memotain® (fabriquées par le laboratoire allemand Ca-Digital et bientot distribuées en France par la société Ormco) sont réalisées en nickel-titane carré .014 x .014 inches à partir d’un dessin réalisé sur le modèle numérique du patient (fig. 1 à 4), ce qui permet d’intégrer l’anatomie de la dent et les contraintes des dents antagonistes (fig. 5 et 6).
 

Mode opératoire

Prise d’empreinte et envoi au laboratoire

La prise d’empreinte peut être PVS ou numérique avec les caméras 3D actuelles (3Shape, Itero, 3M…). Une passerelle permet la création de la fiche de prescription avec possibilité d’extension des attelles 2 à 2 ou 3 à 3 ou 4 à 4, attelle maxillaire, mandibulaire ou les deux. La durée de la réalisation et de l’envoi par colis postal est de trois semaines. En cas de problème sur le dessin de l’attelle, en particulier l’encombrement par rapport à l’arcade mandibulaire pour les cas d’attelles maxillaires, le laboratoire envoie un mail avec un lien permettant de visualiser et confirmer le dessin avant la fabrication (fig. 7).

Réception et présentation

L’attelle est expédiée par le laboratoire dans une boîte métallique positionnée sur un modèle en résine et tenue par une clé de transfert en silicone qui permettra le bon repositionnement en bouche (fig. 8).
 

Collage en bouche

Le collage est de type indirect avec clé de transfert en silicone libérant les deux dents terminales, afin de permettre de les coller en premier et d’enlever la clé silicone pour coller les autres dents.
Il peut être réalisé avec ou sans pose de digue mais, bien entendu, un collage sur digue est préférable pour éviter la contamination salivaire de la surface dentaire.
Les figures 9 à 15 présentent le cas clinique avec pose de digue du Dr Vincent Guillaume.
 

Conclusion

Les technologies 3D sont capables de réaliser des attelles sur mesure…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...
ODF

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la contention en cas de parodontite

Les parodontites sont des pathologies d’origine bactérienne, aggravées par de nombreux facteurs (tabac, génétique, hygiène…) [1] et conduisant à une...
ODF

Article réservé à nos abonnés Approches multiples et variées pour contenir l’espace des incisives latérales absentes

Paramètres particuliers à prendre en compte Voici quelques aspects importants de la contention dans les cas d’agénésie des incisives latérales...