Une technique simple et prédictible pour traiter l’édenté total au sourire gingival

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 32-38)
Information dentaire
Patients et praticiens attendent de la thérapie implantaire une réhabilitation fonctionnelle, mais aussi esthétique.
Cette exigence concerne les patients jeunes et le secteur antérieur, mais également les patients édentés.

Le traitement de l’édenté complet est bien codifié, il est prédictible et fait partie de la médecine par la preuve (Evidence Based Medicine) [7].
Lorsque la perte osseuse du patient est ample en direction verticale, la ligne de sourire, qu’elle soit haute ou basse, ne laisse apparaître que la gencive de la prothèse. La ligne de transition entre prothèse et gencive naturelle (LTPG) est sous-labiale, à l’abri du regard.
En revanche, lorsque la ligne du sourire est haute et que la perte osseuse n’est pas prononcée, comme c’est souvent le cas pour des patients en voie d’édentement complet, la LTPG risque de ne pas être dissimulée sous la lèvre supérieure. Pour éviter cette situation au rendu non esthétique (fig. 1), les implants doivent être apicalisés par rapport à la position des dents, de sorte à amener la LTPG en position sous-labiale.



Pour la mise en œuvre, plusieurs solutions existent. La plus simple est d’enfouir les implants plus qu’à l’accoutumée. Cependant, cette démarche peut être insuffisante pour obtenir le résultat escompté. L’autre solution, plus complexe mais plus efficace, consiste à déplacer la crête alvéolaire en direction apicale. Cela s’obtient en abrasant la crête alvéolaire [1, 2, 3, 4].
La principale difficulté de cette approche est de déterminer précisément le niveau approprié de la translation apicale de la crête alvéolaire qui permettra d’obtenir de manière prédictible le résultat recherché. L’autre difficulté est de limiter l’ampleur de l’abrasion de la crête de sorte à préserver une hauteur suffisante de tissu osseux capable d’accueillir en son sein un implant de longueur satisfaisante.
Les examens radiologiques tomodensitométriques modernes fournissent une information détaillée et de qualité des bases squelettiques. En revanche, les repères dynamiques des tissus mous tels que les limites de la ligne du sourire…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Association sinus lift et ROG en un seul temps opératoire : cas clinique

Situation initiale Patient de 55 ans adressé pour une augmentation de volume osseux dans le secteur maxillaire postérieur gauche. Les...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés SUI 2024, une rencontre universitaire autour de l’implantologie

Au cours d’une journée très dense, chaque intervenant représentant son Diplôme Universitaire a pris la parole pour présenter un cas...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Préservation alvéolaire : la « Socket Shield Technique »

RÉSUMÉ Les exigences grandissantes des patients nous ont conduits à modifier notre pratique. Le principe de gradient thérapeutique, bien connu...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés L’empreinte optique en implantologie

Quelles sont les empreintes nécessaires pour avoir un fichier complet ? Pour enregistrer la position d’un implant, il va falloir...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...